BNP : cocorico couac !

Quelques explications complémentaires sont nécessaires et importantes à propos de BNP…

Hier mercredi 7 septembre, des dépêches d’agences mises en ligne vers 13 heures françaises rendaient compte d’un document publié sur le site de cette banque relatif à ses liquidités en dollars.

Un peu plus tard, en début de séance américaine, Yohay Elam de Forex Crunch me donnait le lien d’un article de Joseph Cotterill sur un site américain à ce sujet.

J’ai vérifié ces informations en cherchant le communiqué de BNP sur son site en français et je n’ai trouvé aucun communiqué à la date du 7 septembre mais j’ai eu la surprise de le voir sur la partie… en anglais !

J’ai mis en ligne mon article vers 17 heures. Plus tard, en soirée, un lecteur de mon blog m’a signalé que cet article était finalement en ligne dans la partie française !

Cette façon de procéder est tout à fait anormale, et condamnable car la communication financière d’une société cotée en France doit respecter des règles bien précises (publication en français et éventuellement en anglais, entre autres)…

Le communiqué de BNP est un véritable cocorico à sa gloire de Gos banque dans le plus pur style triomphaliste du communisme soviétique de l’URSS : à sa lecture, on se demande pourquoi des gens s’imaginent qu’il pourrait y avoir des problèmes dans la zone euro et dans cette grande banque !

La communication financière en période de crise de très haute intensité est délicate : en voulant rassurer les investisseurs américains, les gens de BNP donnent en fait toutes les indications qui confirment les craintes que toute personne sensée peut avoir en ces big banks too big to fail.

En effet, ils précisent que BNP dispose de liquidités en dollars largement supérieures à ses besoins au point qu’ils doivent placer ces excédents auprès de la Fed, ce qui confirme parfaitement ce que j’en ai écrit,

Document 1 :

Ils précisent même que BNP pourrait disposer de 150 milliards d’euros émanant de banques centrales dont 30 milliards de dollars de la part de la Fed,

Document 2 :

Ces précisions sont particulièrement maladroites car elles signifient que les dirigeants de BNP ont déjà pris leurs dispositions (comme ceux des autres banques de la zone euro) pour se procurer des dollars en dehors des marchés au cas où les fonds monétaires américains ne leur prêteraient plus de dollars.

En effet, en temps normal, c’est-à-dire avant mai 2010, les banques de la zone euro pouvaient disposer de dollars sans problèmes grâce à leur activité ordinaire (en particulier leurs clients exportateurs) et les fonds monétaires.
Or, à cause des déficits des balances commerciales et des investissements directs étrangers (respectivement 300 et 600 milliards d’euros pour la France, cf. mes articles à ce sujet), les Gos banques françaises commencent à manquer de dollars.

De plus, les fonds monétaires américains commencent à ne plus avoir entièrement confiance dans les banques de la zone euro : ils ont diminué leurs prêts.

Au pire, comme le précise le communiqué de BNP, cette banque sera obligée d’emprunter des dollars à la Fed et à la BCE qui devra les emprunter à la Fed grâce aux accords de swaps qui ont été reconduits dans cette perspective.

Pour ne pas prendre le risque d’être en défaut de paiement en dollars à un moment donné, BNP est obligée d’en emprunter largement au-delà de ses besoins et donc de placer ces excédents en dépôt auprès de la Fed, ce qui inquiète beaucoup ses dirigeants !

La chute des dominos euro-zonards se produira certainement comme en mai 2010 à partir du défaut de paiement en dollars d’une banque, ce qui est un problème qui était peu connu et mal compris.

Le scénario du pire n’est pas certain, mais possible.

Cliquer ici pour lire le communiqué de BNP, cliquer ici pour lire l’article de Joseph Cotterill et cliquer ici pour accéder au site Forexcrunch de Yohay Elam.

5 réflexions sur “BNP : cocorico couac !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *