Les mécanos de la Générale : 3° trimestre 2011

Les mécanos de la Générale viennent de publier leurs résultats du 3° trimestre 2011.

Officiellement, le multiple d’endettement, leverage en anglais, mon µ, s’est encore détérioré à presque 25, ce qui correspond à un ratio Tier 1 de 4 % mais le montant des capitaux propres publiés ne correspond pas à la réalité…

Document 1 :

Société Générale200920102011 Q12011 Q22011 Q3
Total des dettes981,4971 085,651 092,601 110,451 198,90
Capitaux propres42,20446,42147,247,55848,1
µ (leverage)23,323,423,123,324,9
Tier (%)4,34,34,34,34

Sommes en milliards d’euros.

En effet, si, dans le « communiqué de presse » donnant le bilan (page 21), les titres subordonnés sont bien intégrés dans les dettes (poste entouré en rouge), les capitaux propres (poste entouré en bleu)…

Document 2 :

ne font pas apparaitre le poste « Instruments de capitaux propres et de réserves » qui figurait dans les Etats financiers publiés fin juin 2011 et qui comprenait 25,023 milliards de titres super-subordonnés et autres actions de préférence, c’est-à-dire des dettes…

Document 3 :

Pour résoudre ce problème, il faut se référer au bilan annuel publié dans le « Document de référence » 2010…

Document 4 :

… les explications nécessaires pour comprendre la réalité de ce poste abscons (entouré en vert) se trouvent dans la note 27 alinéa 2 pages 301…

Document 5 :

…et 302…

Document 6 :

Le montant du poste « Instruments de capitaux propres et de réserves » peut être estimé à 25,250 milliards d’euros fin septembre par extrapolation des chiffres des bilans de fin 2010 et de fin juin 2011.

Dans ces conditions, le total des dettes représente 53,6 fois le montant des capitaux propres réels, soit un ratio Tier 1 réel de 1,8 %,

Document 7 :

Société Générale2008200920102011 Q22011 Q3 *
Total des dettes1 093,90981,4971 085,651 135,471 224,15
Capitaux propres36,142,20446,42147,55848,1
Instruments…17,723,54424,02125,02325,25
Capitaux propres réels18,418,6622,422,53522,85
Leverage (µ)59,652,648,550,453,6
Tier 1 (%)1,71,92,121,9

Un rappel : selon ce bon vieux Greenspan, les gens de la Fed, la BRI (Bâle III) et la communauté financière sérieuse, le total des dettes d’une banque ne doit jamais être supérieur à 10 fois le montant de ses capitaux propres réels. C’est mon multiple µ, le leverage en anglais, ce qui correspond à un ratio Tier 1 réel qui doit être supérieur à 10 %.

Il faudrait augmenter les capitaux propres de 91 milliards d’euros pour que la Générale respecte les règles prudentielles de Bâle III !

Quand une banque ne respecte pas les règles prudentielles de Bâle III, cela signifie toujours que quelque chose ne va pas quelque part et qu’elle ne pourra pas faire face un jour à de fortes turbulences à cause de l’insuffisance de ses capitaux propres.

Les compte publiés par les mécanos de la Générale ne donnent pas une image fidèle de la réalité en vue de tromper les investisseurs, ce qui est condamnable mais pas condamné car en France, car ce sont les dirigeants des Gos banques qui font leurs lois et qui les font appliquer en toute impunité.

A ma connaissance, je suis encore et toujours le seul à mettre en évidence ce problème. Bien entendu, aucun journaleux, aucun bonimenteur ne l’a abordé.
Seuls, les bons spéculateurs, ceux qui voient loin et juste, ont quitté le navire avant son naufrage : le cours de l’action de la Générale est retombé au niveau de ce qu’il était fin… 1992 !

Tout est simple. Je ne comprends pas pourquoi tant de gens ne comprennent pas

Cliquer ici pour accéder aux résultats du 3° trimestre 2011 des mécanos de la Générale.

17 réflexions sur “Les mécanos de la Générale : 3° trimestre 2011”

  1. Dans une interview à la chaîne de télévision qatarie Al-Jazira, le président du fonds souverain chinois CIC ne mâche pas ses mots contre l’Etat-providence, responsable selon lui de la crise de la dette en Europe. “Les troubles qui se sont produits dans les pays européens résultent uniquement de problèmes accumulés par une société en fin de course, vivant d’acquis sociaux”, déclare Jin Liqun, qui dirige la China Investment Corporation (CIC), dans une interview diffusée dimanche.

    http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2011/11/07/le-president-du-fonds-souverain-chinois-fustige-la-conception-europeenne-de-l-etat-providence_1599749_1581613.html

  2. Depuis plusieurs semaines, je lis vos excellents articles.
    Connaissant le mauvais leverage des banques suivantes : Credit Mutuel-CIC, BP CE, BNP, Crédit Agricole, Banque Postale et Société Générale.
    je vous pose la question suivante:
    Que restera t il du système bancaire français quand ces banques iront à la cave?
    Comment la France pourra t elle se relever de ce possible désastre ?

  3. Je viens de découvrir votre site et cela fait froid dans le dos!
    Je ne comprend rien aux comptes des grosses boites (surtout les banques) donc je n’investis que dans les small caps
    Par contre, quand vous dites que si un courtier fait faillite, on perd tout, ca fait un peu peur! Car comment faire sans eux?
    Les comptes de Boursorama, filiale de la SG, sont ils fiables?

  4. Monsieur Chevallier, ma compagnie d’assurance, la MACIF, se lance dans les activités bancaires. Auriez-vous des infos sur la soliditité de cette toute nouvelle banque-assurance ?

    Je sais que vous avez qqes réserves concernant le mix banque-assurance en général, mais on ne sait jamais sur un cas particulier…

  5. Economie : les Français nuls en finance ? 09/11/2011 09:46

    Les placements financiers restent un grand mystère pour la plupart des Français ! Et la Bourse intéresse de moins en moins les particuliers, échaudés par les crises successives… Ce sont les principaux enseignements d’un sondage qui vient d’être publié par le Crédoc pour l’Institut pour l’éducation financière du public (“La finance pour tous”) et l’AMF. L’Etude a été réalisée par le Credoc pour l’Institut pour l’éducation financière du public (La finance pour tous) en juin 2011 par téléphone auprès d’un échantillon représentatif de 1802 personnes âgées de 18 ans et plus.
    Ainsi, les Français reconnaissent, pour 80% d’entre eux, s’y connaître “plutôt mal” dans le domaine des placements financiers. Moins d’une personne sur quatre peut définir ce qu’est une obligation et environ une sur deux sait définir correctement une action et un dividende, malgré une riche actualité sur le sujet (crise de la dette, primes liées aux dividendes etc…)
    Les Français s’estiment en revanche suffisamment “calés” en finance pour lire un relevé de compte (96%), souscrire un crédit (79%) ou encore acheter un bien immobilier (62%). Cela n’empêche pas la moitié d’entre eux de se tromper dans un calcul simple concernant les taux d’intérêts : “si vous placez 100 euros sur un compte rémunéré à 2% et que vous ne faites aucun versement, ni de retrait, combien aurez-vous une fois les intérêts versés ?”…
    Plus grave : la multiplication des crises semble avoir accéléré le désintérêt des Français pour la sphère financière, car les résultats de ce sondage sont moins bons que lors de la précédente édition en 2004… Les sondés étaient alors 73% à admettre leurs lacunes en matière de connaissance financières.
    Seule consolation pour l’Hexagone : une récente étude de la Finra (investor education foundation) a montré que les Américains étaient à peine plus calés que les Français en matière financière ! Ainsi, seulement 21% savent que le cours d’un titre obligataire diminue mécaniquement quand les taux d’intérêt augmentent sur le marché, et près de la moitié (48%) considère qu’il n’est pas plus risqué d’acheter une seule action que de souscrire à des parts de Sicav en actions.
    Interrogés, eux aussi, sur la question de la rémunération d’un placement à 2%, les Américains s’en sortent un peu mieux que les Français : 65% des sondés ont répondu correctement “qu’un capital de 100 Dollars, rémunéré 2% l’an, vaudra plus de 102 Dollars dans cinq ans”. De même, 64% ont compris que “si l’inflation est de 2% et la rémunération de leur épargne de 1%, leur capital vaudra moins dans un an”.

  6. Si vous faites la somme des trois tableaux que vous affichez, vous tombez à moins de 12MD d’euros. Il vous reste plus de 12MD euros à justifier pour un calcul de ratio pertinent…

  7. Le Tiers 1 se calcule avec l’encours pondéré du risque (334MD euros en 2010). Même en prenant 22,5Md d’euros on arrive bien au dessus des 1,9% Tiers 1 que vous affichez(22,4/334>1,9%!)… Merci de Justifier vos sources lorsque vous dîtes BALE 3= Capitaux propres/Dettes=10%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *