Royal Bank of Scotland 2011

Royal Bank of Scotland ne respecte pas les règles prudentielles d’endettement d’après les bilans publiés mais la situation ne serait pas catastrophique avec un multiple d’endettement, mon µ, le leverage, de 19,1 fin 2011 qui correspond à un ratio Tier 1 réel de 5,2 %,

Document 1 :

Royal Bk Scotland2010 Q42011 Q12011 Q22011 Q32011 Q4
Liabilities1 378,4441 339,1771 371,2251 530,2851 432,048
Equity75,13274,07674,74477,44374,819
Leverage (µ)18,318,118,319,819,1
Tier 1 (%)5,55,55,55,15,2

Sommes en milliards de livres.

Cependant, à la suite des pertes gigantesques de Royal Bank of Scotland en 2008, l’Etat a dû apporter 13 milliards de livres au capital sous forme d’actions B en 2009.

Pour déterminer le véritable multiple d’endettement, il faut donc soustraire cette somme du montant des capitaux propres, ce qui donne un leverage réel de 23,4 qui correspond à un ratio Tier 1 de 4,3 %,

Document 2 :

Royal Bk Scotland2011 Q4
Liabilities1 445,048
Equity61,819
Leverage (µ)23,4
Tier 1 (%)4,3

Des actionnaires insensés devraient donc apporter 75 milliards de livres pour que Royal Bank of Scotland respecte les règles prudentielles d’endettement dites de Bâle III comme le font les big banks américaines !

Royal Bank of Scotland est au plus mal mais elle bénéficie de réserves importantes qui la sauvent : 59 milliards de livres,

Document 3 :

Royal Bank of Scotland comptabilise correctement les titres subordonnés dans les dettes, et non pas dans les capitaux propres comme le font les mécanos de la Générale.

Les généreux contribuables du Royaume-Uni sont les heureux propriétaires de 84 % du capital de Royal Bank of Scotland (13 milliards sur 15,318).

Cliquer ici pour voir le bilan de Royal Bank of Scotland (page 70) d’où sont tirées ces données.

Tout est simple, et il ne faut jamais faire confiance à une banque et toujours bien analyser son bilan !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *