BCE 2014 : tout va bien !

Les Marioles de la BCE ont eu des difficultés à la fin de 2013 car ils ont dû prêter 168 milliards d’euros à des banques de la zone pour qu’elles puissent passer normalement la fin de l’année alors que la BCE n’a reçu en retour que 104 milliards, mais tout s’arrange bien finalement : aujourd’hui 7 janvier, la BCE a reçu en dépôt 179 milliards

Document 1 :

… et elle a prêté 112 milliards d’euros à des banques en manque de liquidités,

Document 2 :

La valse des centaines de milliards continue !

Tout va bien, tant qu’il n’y a pas de tsunami bancaire du moins…

17 réflexions sur “BCE 2014 : tout va bien !”

  1. En Italie, un sondage explosif vient d’être publié.
    Question : “Voulez-vous revenir à la lire ?”
    Réponse :
    44% répondent “non”.
    49% répondent “oui”.

    Jeudi 2 janvier 2014 :

    Les Italiens veulent la lire. Un parti anti-euro obtiendrait 24%.

    La dernière enquête de Scenarieconomici.it révèle que la majorité des Italiens souhaiterait le retour à la lire. Un parti anti-euro ferait aujourd’hui 24% des voix.

    Les Italiens sont de plus en plus eurosceptiques et de moins en moins moins favorables à la monnaie unique. Lors de la dernière enquête réalisée entre le 14 et le 18 décembre par le site Scenarieconomici.it, qui a demandé si les personnes interrogées étaient favorables au retour à la lire et au pouvoir monétaire rendu à la Banque d’Italie, 49% ont répondu favorablement, et 44% ont répondu non. Le score favorable au retour à la lire augmente de 1% par rapport à l’enquête précédente menée en Octobre, alors que l’autre score diminue de 1%.

    Mais le plus surprenant est la polarisation de l’électorat. 77% des électeurs de centre-droit se prononcent en faveur d’un retour à la lire, 73% des électeurs du Mouvement 5 étoiles, et seulement 6% des électeurs du centre-gauche.

    Il est intéressant de constater que les anti-euro sont répartis entre tous les types d’emplois, à l’exception des employés de la fonction publique et des retraités de la fonction publique, avec un pic de 70% chez les ouvriers, et un minimum d’anti-euro de 38% dans le secteur public .

    Autre signal d’alarme pour les partisans de la monnaie unique, 24 % des sondés ont répondu vouloir voter sans aucun doute pour un parti anti-euro, tandis que 32 % des sondés envisagent de le faire. A l’inverse, 44% ne l’envisagent pas. Le pourcentage est étrangement similaire à celui obtenu par le parti de Beppe Grillo à l’élection générale il y a un an, confirmant que les candidats du M5S ont capté les électeurs anti-euro [le M5S avait obtenu 106 députés et 50 sénateurs].

    Les réponses données ne laissent pas de place au doute. L’euro devient de plus en plus impopulaire, à tort ou à raison, et il y a de plus en plus d’espace pour les formations politiques clairement eurosceptiques, qui étaient pourtant reléguées aux marges du débat national il y a quelques mois. Des chiffres très intéressants à observer seront les résultats des élections européennes qui se tiendront dans un peu plus de quatre mois et demi .

    http://www.investireoggi.it/economia/italiani-rivogliono-la-lira-partito-anti-euro-varrebbe-il-24/

  2. Bonsoir.on connait les avantages et les inconvénients de l’euro pour les français (par exemple,maintien des taux bas,protection du pouvoir d’achat pour les rentiers etc..,pas de possibilité de dévaluer,pas de réformes sociales etc..) Quelles seraient les avantages et inconvénients du retour au franc pour le pouvoir d’achat,l’épargne,la dette,les taux,les réformes etc…?

  3. Ca a du bon d’être banquier !!

    on tape à la BCE on a les crédits, et en cas de coup dur, on tape dans l’épargne des déposants. Alors, aucun risque, aucune responsabilité, les fonds propres, no problem, on achète et on se gave : les actions des bancaires explosent à la hausse

  4. @Ratel
    Selon moi, Mr chevalier pourra compléter ou dire si c faux .

    LE retour au Franc:
    Avantages:
    -retour de la compétitivité par la dévaluation.
    -réindustrialisation et développement des exportations.
    -Possibilité de gérer ses propres flux monétaires

    Inconvénients:
    – Perte de pouvoir d’achat intra et extra dans un premier temps.
    -Cout des produits importés inabordable
    -appauvrissement à court terme
    -obligation de reproduire ce que l’on importait
    -cout des produits high-tech étrangers inabordables
    -diminution de la richesse individuelle et diminution du niveau de vie
    -augmentation mécanique de la dette.
    Il faudrait compter selon moi 3 à 5 ans avant de retrouver une véritable économie en France, le temps de réindusrialiser compte tenu de la désindustrialisation de ces dernières années.

    Nous en avons déjà parlé dans des sujets précédents avec Mr Chevalier, mais comme il dit
    “il est (peut être) déjà trop tard”.

      1. Cher JPChevallier, cher Olivier Magaja,

        En tant que lecteur assidu depuis 5 ans de ce site, permettez-moi de vous poser la question suivante en rapport avec votre bref et très concret échange :

        > Entre la “résolution” par la monnaie OU celle par la réforme de la structure française (corporatismes à tous les étages), laquelle vous semble la moins illusoire ?… (j’insiste sur le terme “illusoire”…)

        Bien à vous,
        Jules

        1. @Jules
          Les deux mon n’veu. On peut retrouver les fondamentaux autant de fois que l’on veut on continuera à faire le yoyo tant que la charge de l’état sera si importante. Diminuons les dépenses publiques en même temps. A souffrir je préfère souffrir en 1X. Vous savez pourquoi? C’est comme lorsqu’on doit aller chez le dentiste. On y va 1X et on fait la total pour pas avoir à repasser sur la chaise pendant des heures avant plusieurs années. Hé bien si nous ne faisons pas tout cela en même temps, nous ne le ferons pas après non plus. Et lorsque l’on se dira qu’il faut réduire la charge de l’état quelques années après avoir dévalué, il sera trop tard il faudra de nouveau dévaluer parce qu’en France on veux être riche et faire du social à outrance. Faudra comprendre un jour que c’est pas possible.

      2. @Ratel
        J’ajouterai “élimination” d’un grand nombre de pseudo-entrepreneurs qui ne servent à rien, qui ne créent aucune richesse, qui n’ont aucune expérience dans le domaine de la gestion d’entreprise ou humaine mais qui subsistent grâce au système et à l’argent facile. Bcp d’entreprises survivent alors qu’elles devraient être depuis longtemps déclarés en faillite, c pas normal dans un système capitaliste.
        Au moins dans ce cas déflationniste, y aura de bonnes affaires pour ceux qui n’ont pas de dettes et qui ont du cash.
        Malheuresemennt, le peuple qui n’y comprend rien à tout ça sera la principale victime, comme d’habitude.

  5. J’ai pour ma part une question pour Mr Chevalier:

    La fed possède plus de 3500 milliards de dettes US. La remontée des taux va provoquer des pertes sur ces achats. Les pertes vont donc être répercutées sur la dette US, et donc l’augmenter.
    De ce fait il faudra une forte diminution de la dette afin de pouvoir supporter l’augmentation parralèle de cette dernière au travers des pertes sur les bons du trésor.
    Mais comment la Fed va t elle faire pour se débarasser de ces titres? Et la Fed a t elle toujours en compte de dépôt 3500 Milliards de dépot bancaire?? oO ca me paraitrait énorme non?
    (Pour Mr chevalier, petit clin d’oeil, je suis redevenu un peu prolixe car j’ai repris mon activité de trading 😉

  6. Evolution des sondages en Italie durant l’année 2013 :

    Question : “Voulez-vous revenir à la lire ?”

    Réponse en avril 2013 :
    Oui : 44 % des personnes interrogées.
    Non : 48 % des personnes interrogées.

    Octobre 2013 :
    Oui : 48 %.
    Non : 45 %.

    Décembre 2013 :
    Oui : 49 %.
    Non : 44 %.

    En Italie, les courbes se sont croisées.

    Aujourd’hui, la majorité des Italiens veulent revenir à la lire. Et les partisans du retour à la lire sont de plus en plus nombreux.

    Nous allons devoir regarder à la loupe les résultats des élections européennes du 25 mai 2014 en Italie.

    http://scenarieconomici.it/sondaggio-scenarieconomici-20-dicembre-2013-sarebbe-favorevole-alla-reintroduzione-di-una-valuta-nazionale-si-49-no-44-un-partito-anti-euro-potrebbe-valere-il-24/

  7. Bonsoir,

    Le tsunami que vous prédisez ne risque-t-il pas de se produire à l’issue des prochaines élections européennes? On lit actuellement peu de sondages portant sur l’Europe telle que nous l’avons connu jusqu’à présent. Des personnes ont-elles peur de ce ces sondages montreraient? On peut s’attendre, pour ces élections, à une forte voire très forte abstention et à une probable victoire des partis eurosceptiques (en France avec le FN). A supposer que ces partis soient majoritaires ou proches de la majorité à Strasbourg, et entre autres compte tenu du rejet important du gouvernement et de sa politique en France ou de la position du gouvernement Cameron en Grande-Bretagne ou des réticences grandissantes des allemands à payer pour les cochons des pays du sud , on peut craindre que les milieux financiers (ceux qui nous permettent de vivre à crédit) prennent peur et se retirent brutalement, entraînant ainsi l’euro, et nos banques en si bonnes santé financière, dans une crise majeure qui mettra à nue tous les mensonges sur lesquels une certaine idée européenne s’est construite depuis une vingtaine d’année.

    Bonne soirée

    1. @H J’ai du mal à y croire. N’oubliez pas que la politique est un milieu bien pourri. En france on continuera à appliquer ce qui marche. On fait des promesses « non mais attendez, ne votez pas contre l’europe, on vous a compris on va changer » . Pour étayer, regarder les propos actuels de Hollande qui revienne en pseudo « donnant donnant ». Un petit joueur, on lache une miette alors que c’est la baguette qu’il faudrait donner. Bref on fait l’équivalent de rien. Donc le résultat c’est rien. Mais pour les élections ne rêvez pas. Regardez les gens dépensez autour de vous de l’argent non gagné par la production de travail, c’est à dire par les aides sociales. Tant que cela durera, le vote ne sera pas contestataire. En france on applique la règle du « Du pain, des jeux et du sexe ». Et ca marche. J’attend un changement que je n’espère plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *