BCE : la planche à billets, enfin !

La BCE a généreusement prêté 1 154 milliards d’euros (!) à des centaines de banques, à 3 ans pour l’essentiel, rubrique 5 de l’actif, ce qui était une bonne nouvelle pour les grosses têtes de Natixis,

Document 1 :

Problème : des banques n’ont déposé que 1 085 milliards vendredi dernier, rubrique 2 du passif, en baisse de 16 milliards par rapport à la semaine précédente (entouré en rouge),

Document 2 :

Les Marioles de la BCE ont été obligés de boucler leur bilan en augmentant leurs dettes de 8,5 milliards d’euros auprès de généreuses et mystérieuses administrations publiques (rubrique 5,1 entourée en bleu), du déjà-vu, et de presque 11 milliards en billets tout droit issus de… la fameuse planche, (rubrique 1 entourée en vert) !

Ça, c’est de la (petite) création monétaire.
C’est un symbole du début de la chute finale létale.

Cliquer ici pour voir le dernier (le plus récent !) bilan de la BCE.

39 réflexions sur “BCE : la planche à billets, enfin !”

  1. Bonjour,

    Assez angoissant au demeurant. Question bête: la création monétaire que vous mentionnez est-elle la marque d’une inflation larvée inquiétante car niée par les autorités? Deuxième question bête: dans ce jeu à sommes presque nulles, les banques placent leur argent prêté par la BCE à la BCE. Il leur faudra bien dans trois ans rembourser la différence. Comment feront-elles?

  2. La comparaison est encore plus claire (voire inquiétante) si l’on compare les bilans de la BCE sur une plus longue période ( un an par exemple)

  3. Bonjour,

    que sont les “comptes de réévaluation”, poste 11 du passif ?
    Vu que cela pèse pour 399 milliards d’euros, c’est significatif…. (13.45% du total du bilan).

    Merci

  4. Bon, je suis allé faire une petite recherche, mais je ne sais pas ce qu’une banque centrale peut glisser sous ce titre… l’or possède sa propre ligne, Ce sont des des biens immobiliers mis en garantie par certaines banques ?

    http://www.echos-judiciaires.com/economie/reevaluation-des-bilans-a7157.html

    lignes 11-12 : “L’objectif de cette opération sera bien entendu d’améliorer la visibilité du bilan, tout en dégageant des survaleurs à l’actif qui permettront de consolider les capitaux propres.”.

    Mais quelles survaleurs en l’occurrence pour la BCE ?

  5. La BCE vient de prêter 1018 milliards d’euros aux banques de la zone euro.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202004683927-pour-la-federation-bancaire-francaise-un-troisieme-ltro-ne-serait-pas-utile-311337.php

    Frédéric Oudéa déclare : « On verra bien dans douze à dix-huit mois où l’Europe en est, et il sera tout à fait temps de rembourser si on est capable effectivement de le faire ».

    … et si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.

    Et ensuite, trois ans plus tard, si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.

    Et ensuite, trois ans plus tard, si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.

    Et ensuite, trois ans plus tard, si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.

    Et ensuite, trois ans plus tard, si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.

    Et comme ça, les problèmes seront réglés.

    Frédéric Oudéa et Mario Draghi sont des génies.

  6. Ne pas passer de dépréciation sur les obligations grecques était déjà de la création monétaire, il me semble …
    De même, le rachat d’obligations portugaises, espagnoles, ou italiennes est discutable, s’il permet de maintenir un marché juteux qui se serait éteint sans ces interventions. Idem pour les contreparties des LTRO.
    Maintenir une masse monétaire qui aurait dû se contracter revient à de la création monétaire au regard de la situation économique réelle et permet juste d’éviter l’étouffement du système bancaire et la faillite des e

  7. A noter ce blog, pas vraiment en accord avec M. Chevallier au niveau des analyses mais qui contient de nombreuses mises en graphiques temporelles des données évènementielles, en particulier de la BCE :

    http://www.les-crises.fr/bilan-bce/

    on y voit bien la “diversification” du passif et l’augmentation progressive de la quantité de billets en circulation depuis 2008.

  8. Bon JP va pobablement avoir une attaque mais voila
    pourquoi ne pas transférer toutes les dettes d’états à la BCE ?
    les pays rembourseraient à 1 % leurs dettes, les obliger a avoir des budgets en équilibre ( ce qui serait évidemment plus facile avec des taux de 1 % )
    y aurait pas un truc à faire dans cette voie là ?
    merci de vottre patience !

  9. Monsieur Chevallier,
    Fidèle lecteur et assidu depuis de nombreux mois j’adore votre blog, malheureusement malgré mes efforts ma culture économique même si elle a largement progressée reste faible. Et cela m’exaspère.
    Je fais donc parti dans le domaine de l’économie de ce groupe que vous appelez: Les idiots MAIS à cette grande différence que je me considère comme NON NUISIBLE et surtout qui ne souhaite pas le rester (idiot).
    Et pour m’aider dans cette entreprise, j’aimerais vraiment que vous me conseillez deux bons ouvrages sur:
    1- Le monétarisme
    2- La macro économie
    Et bravo et merci pour ce que vous faites

      1. Il n’y a donc aucun livre économique qui vous a marqué dans votre jeunesse, aucun cours qui vous a semblé digne de ce nom? aucun auteur au dessus de la mélée?
        Et, last but not least, n’êtes vous pas vous même ancien professeur d’économie? sur quel support travailliez vous??
        amicalement

      1. « Coruptissima re publica, plurimae leges » (plus l’Etat est corrompu, plus on vote des lois. Et, pour les appliquer, plus on vote des impôts)
        Source : TACITE.

        « Plus ya de gruyère, plus ya de trous. Et plus ya de trous, moins ya de gruyère. Donc plus ya de gruyère… moins ya de gruyère ?!? ”
        Source : MA GRAND-MERE

        « Quand ya pu d’grain dans la mangeoire, les poules se battent”
        Source : MON GRAND-PERE

        Moralité : tout le monde espère trouver un moyen d’échapper à la purge qui approche, mais… “yen apa” (source : JPChevallier)

        Cdlt,

  10. Monsieur Chevallier,

    Je fais suite à la demande de Gilles : envisagez-vous d’écrire vous-même un ouvrage destiné aux idiots plus ou moins nuisibles ? Ayant moi-même une connaissance limitée des questions économiques, j’ai lu avec intérêt les ouvrages récents de Charles Gave (“Libéral, mais non coupable”, “L’Etat est mort, vive l’état”) qui sont des modèles de vulgarisation. Pourriez-vous en faire de même ? Sinon, il nous reste à reprendre tous les billets de votre blog depuis le début (été 2007 pour ce qui est disponible). J’ai commencé, mais c’est un peu fastidieux!

      1. Le problème n’est pas de lire les archives, je l’ai fait et je continue de le faire. Non le problème vient du fait d’avoir suffisamment de clés pour les déchiffrer intelligemment, et là pas de miracle, il faut un minimum de culture économique et comptable.

  11. Jeudi 12 avril 2012 :

    La Bourse de Paris repartait à la baisse jeudi à la mi-journée, alors que l’Italie a dû concéder des taux d’emprunt en forte hausse lors d’une émission obligataire, alimentant les craintes des investisseurs sur les risques de contagion de la crise en Europe.

    A 12H35 (10H35 GMT), l’indice CAC 40 cédait 0,22% à 3.230,95 points dans un volume d’échanges de 1,405 milliard d’euros.

    Les commentaires, mercredi, de la Banque centrale européenne suggérant qu’elle pourrait reprendre son programme d’achats de titres de dette espagnole avaient permis au marché parisien d’ouvrir en hausse.

    Mais la tendance s’est retournée après une émission de dette italienne décevante.

    Rome a emprunté près de 4,9 milliards d’euros à moyen et long terme à des taux en forte hausse pour la principale émission à trois ans.

    Le pays, qui a bénéficié depuis le début de l’année de conditions d’emprunt favorables grâce aux opérations de la BCE, a vu ses taux d’intérêt s’envoler depuis le début de la semaine.

    Or contrairement à l’Espagne, l’Italie est en retard sur son programme de financement pour 2012. A fin mars, le pays avait couvert moins d’un quart de ses besoins à moyen et long terme.

    http://www.boursorama.com/actualites/la-bourse-de-paris-repart-a-la-baisse-apres-une-emission-obligataire-italienne-decevante-186f31932b8fa3cf052931b20b0f0e56

      1. Je croyais que les banques qui allaient mal empruntaient à la BCE et celles qui allaient bien y plaçaient leur surplus journaliers, ce qui en se compensant équivalait aux échanges inter-bancaires habituels. Donc si les dépôts baissent, cela ne veut-il pas seulement dire que les banques qui vont bien ont trouvé d’autres débouchés plus lucratifs pour leurs surplus quotidiens ? Ce serait plutôt une bonne nouvelle … Par contre, cela montre bien que si l’économie au moins dans certains pays redémarrait, la BCE aurait du mal à suivre pour empêcher la création de liquidité sources d’inflation. mais qu’elles sont les banques qui ont des surplus ? L’analyse des grandes banques européennes semble monter qu’elles présentent toutes plus ou moins un risque systémique … D’ailleurs, il est amusant de voir le double langage du monde financier. Tout les banques annoncent officiellement des comptes solides avec des ratios de qualité mais entre elles personne n’est dupe et ne veut prêter d’argent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *