BCE : toujours la même banque…

La BCE vient d’annoncer que la banque qui avait été obligée d’emprunter 500 millions de dollars le 15 septembre ne peut toujours pas les rembourser et elle est donc obligée de renouveler son emprunt pour échapper à un défaut de paiement en dollars (US$),


Emprunter d’une semaine à l’autre pour survivre ne permet pas de survivre longtemps en ces temps de fortes turbulences.

Cliquer ici pour voir la page du site de la BCE sur cette annonce.

15 réflexions sur “BCE : toujours la même banque…”

  1. L’Eurosystème est une institution européenne, qui regroupe la Banque centrale européenne (BCE) et les banques centrales nationales (BCN) des États membres de l’Union européenne ayant adopté l’euro.

    Au vendredi 30 septembre 2011, le capital et les réserves sont de 81,481 milliards d’euros.

    Les soi-disant « actifs » de l’Eurosystème sont de 2288,571 milliards d’euros.

    En clair : le capital et les réserves de l’Eurosystème constituent seulement 3,56 % des « actifs » de l’Eurosystème.

    Sur ces soi-disant 2288 milliards d’euros d’ « actifs », combien de dizaines de milliards sont en réalité des actifs pourris ?

    Regardez la rubrique « Titres détenus à des fins de politique monétaire » : 219,941 milliards d’euros !

    http://www.ecb.int/press/pr/wfs/2011/html/fs111005.fr.html

  2. Un conseiller du FMI annonce la “débâcle bancaire dans deux ou trois semaines.”

    L’américain Robert J.Shapiro était interviewé par la BBC. Il est très alarmiste.

    “Je pense que dans deux ou trois semaines, nous assisterons à la débâcle des dettes souveraines qui entraînera une débâcle du système bancaire européen.”

    Relevée par l’excellent site ElectronLibre, c’est l’inquiétante déclaration de l’américain Robert J.Shapiro, membre d’un comité consultatif au Fonds monétaire international, à la BBC mercredi soir.

    “Je ne parle pas simplement d’une banque belge relativement petite (Dexia, ndlr), mais je parle des plus grandes banques du monde, des plus grandes banques en Allemagne, des plus grandes banques en France, qui impacteront les banques au Royaume-Uni. Cela s’étendra partout”.

    Pour les spécialistes, l’Américain entend par ces propos mettre la pression sur les autorités européennes pour qu’elles prennent des dispositions dans la crise de la dette avant qu’il ne soit trop tard.

    http://www.sudouest.fr/2011/10/07/un-conseiller-du-fmi-annonce-la-debacle-bancaire-pour-dans-deux-ou-trois-semaines-520250-5096.php

  3. Vendredi 7 octobre 2011 :

    Fitch dégrade l’Italie et l’Espagne.

    Coup double pour Fitch. L’agence de notation a dégradé vendredi 7 octobre les notes souveraines de l’Italie et de l’Espagne. Celle de Rome a été abaissée d’un cran, passant de AA- à A+, celle de l’Espagne de deux crans, de AA+ à AA-. Toutes les deux sont assorties d’une perspective “négative”, ce qui signifie qu’elles pourraient être à nouveau dégradées à moyen terme.

    Dans le cas de l’Italie, Fitch est la dernière des trois grandes agences à sanctionner Rome. Mardi, Moody’s avait déjà abaissé sa note de trois crans. La raison est toujours la même: le fort niveau de l’endettement public, qui inquiète dans le contexte actuel. La fragilité du gouvernement pèse également : “Si le récent collectif budgétaire a renforcé de manière substantielle l’effort de consolidation des comptes publics, les hésitations initiales du gouvernement italien pour apporter une réponse à la contagion a aussi érodé la confiance du marché dans sa capacité à piloter efficacement le pays dans la crise de la zone euro”, explique l’agence.

    En ce qui concerne l’Espagne, c’est surtout “l’intensification de la crise en zone euro” qui justifie la décision de Fitch. Mais l’agence pointe également les dérapages budgétaires des régions, lourdement endettées, et les faibles prévisions de croissance.

    http://www.challenges.fr/actualite/monde/20111007.CHA5151/fitch-degrade-l-italie-et-l-espagne.html

  4. Samedi 8 octobre 2011 :

    Dette : Christine Lagarde à l’Elysée, tractations avant un sommet Sarkozy/Merkel.

    La directrice générale du Fonds monétaire international, qui avait été la première à appeler fin août à une recapitalisation “urgente” des banques européennes et qui reste très attendue sur ce sujet, a quitté l’Elysée après une heure d’entretien avec le chef de l’Etat français Nicolas Sarkozy sans faire de déclaration.

    A Berlin, dimanche, le président français et la chancelière allemande Angela Merkel, dont les divergences sur la manière de recapitaliser les banques européennes ont été démenties à Paris, devraient rechercher un terrain d’entente.

    La France s’est ralliée à l’idée d’une opération coordonnée au niveau européen, après avoir martelé pendant des semaines que les établissements français resteraient solides même en cas de faillite de la Grèce.

    http://www.boursorama.com/actualites/dette-christine-lagarde-a-l-elysee-tractations-avant-un-sommet-sarkozy-merkel-7154fb6c737a703c56492826bf2ea2c2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *