Crédit Mutuel 2013, correctif

Les banksters du Crédit Mutuel publient des informations financières particulièrement folkloriques…

En effet, le 5 mars 2014, ils publiaient triomphalement un communiqué de presse titrant : Une performance solide, un bilan renforcé… mais sans publier de bilan !!!
Bravo les artistes !

Ce n’est que dans le rapport annuel publié à une date non précisée (en octobre ?) que le bilan de 2013 a été enfin publié,

Document 1 :

Comme pour les Gos banques, le montant des capitaux propres publiés ne correspond pas à la réalité car les banksters du Crédit Mutuel y intègrent les titres dits hybrides, ce qui n’est mentionné que dans un paragraphe de ce document,

Document 2 :

Un autre document, Informations relatives au pilier 3 de Bâle II – Exercice 2013 explicite même la manip des banques françaises,

Document 3 :

Un petit rappel : seule la France permet aux banques de comptabiliser ces titres hybrides (qui sont en réalité des dettes) dans les capitaux propres, car partout ailleurs dans le monde, la distinction est rigoureuse entre les capitaux propres et les dettes qui seuls constituent le passif.

En comptabilisant les capitaux propres selon les normes internationales, le leverage réel est de 20,6 correspondant à un ratio Core Tier 1 de 4,8 %...

Document 4 :

Crédit Mutuel2009201020112012*2013*
1 Assets579,038591,309605,22645,216658,618
2 Equity31,22834,26235,54239,89540,281
3 Hybrid secur.---7,0024,943
4 Goodwill4,4464,8174,9164,8514,878
5 Tangible eq.26,78229,44530,62628,04230,46
6 Liabilities552,256561,864574,594617,174628,158
7 Leverage (µ)20,619,118,82220,6
8 Core Tier 1 (%)4,85,25,34,54,8

Sommes en milliards d’euros. Seuls les chiffres de 2013 et 2012 donnent une image fidèle de la réalité des capitaux propres en conformité avec les règles comptables internationales.

… sensiblement différent du ratio publié par les banksters du Crédit Mutuel le 5 mars,

Document 5 :

Par ailleurs, les banksters du Crédit Mutuel ne donnent aucune information sur les 16 milliards d’euros qu’ils empruntent à la Banque de France au titre des Certificats de Dépôt Négociables (CDN)…

Document 6 :

… ni des milliards qu’ils doivent très certainement emprunter auprès de la BCE qui ne publie aucun chiffre à ce sujet.

Pour respecter les règles prudentielles d’endettement préconisées par ce bon vieux Greenspan (un leverage inférieur à 10), il faudrait augmenter les capitaux propres du Crédit Mutuel de 29,5 milliards d’euros ou diminuer le total des dettes de… 325 milliards !

Les sociétaires de Crédit Mutuel approuvent régulièrement les comptes et la gestion de leurs dirigeants, mais combien d’entre eux ont compris la signification de ces chiffres critiques ?

Pour l’instant, tout va bien : pas de tsunami bancaire.
Tout est simple.

Cliquer ici pour accéder à la page des informations financières de Crédit Mutuel.
Cliquer ici pour lire mon article du 5 mars sur le Crédit Mutuel.

15 réflexions sur “Crédit Mutuel 2013, correctif”

  1. Bonjour,

    Si un tsunami bancaire a lieu, le document n°3 indique clairement que le secrétariat général de l’ACPR a donné son accord pour ce type d’opération comptable.
    La puissance des banques est certes importante mais pourquoi et au nom de quoi s’acharner à défendre un pré carré voué à disparaître dans le monde globalisé qui est le nôtre? Si encore on notait au fil des mois un leverage en amélioration, preuve que le problème est bien cerné et que des mesures correctives efficientes sont prises, on pourrait comprendre l’existence d’une sorte de double-jeu destiné à attendre les lendemains qui chantent.
    En ce qui concerne les sociétaires du Crédit Mutuel, je doute fort qu’il y en est beaucoup qui sache lire un compte de résultat et en décrypter les subtilités sémantiques et comptables.
    Le jeu auquel nous assistons, le plus souvent impuissants, est complexe car les clients que nous sommes tous n’ont guère le choix. L’offre bancaire est certes abondante mais, en suivant vos informations,le choix va simplement de Charybde à Scylla. Mon inquiétude s’étend également au monde mutualiste et assuranciel spécialiste de l’assurance-vie. Peut-on faire un parallèle entre les bilans comptables de ces dernières organisations et ceux des banques? Je me pose la question depuis quelques temps surtout depuis qu’on parle pour les premières de la mise en œuvre de Solvabilité 2. Si c’est pour aboutir à une situation équivalente à celles des grandes banques européennes, je suis inquiet.

    Bonne soirée

    1. Les activités de banque sont totalement différentes de celles de l’assurance, et aux USA, la séparation est absolue, cf. le Crédit Lyonnais qui s’est fait lourdement condamné jadis !
      Le mélange des 2 est explosif !

      1. Ben -“j’aimerai bien avoir un exemple de « clauses de grand-père”

        JPC -“Moi aussi !!!”

        La clause de grand papa, ce n’est pas pour con-pensée l’inflation du cercueil con-pris dans une assurance décès ?

        Ok, je cherche encore…

  2. OYE, OYE braves gens. Samedi se tient le 1er salon de l’assuré au Palais des congrès alors qu’il devrait s’appeler le salon des compagnies d’assurance. Ont elles honte ?

  3. Le régime ARRCO est le régime de retraite complémentaire de tous les salariés du secteur privé, quel que soit leur statut (cadre, intermittent, apprenti, etc.) ou la nature et la durée de leur contrat de travail (CDD, CDI, etc.).

    Le régime AGIRC est le régime de retraite complémentaire des salariés cadres, qui complète le régime ARRCO.

    Mais il y a un tout petit problème :

    l’AGIRC est en faillite.

    Jeudi 12 novembre 2014 :

    Gouffre financier pour la caisse de retraite des cadres.

    http://www.boursorama.com/actualites/gouffre-financier-pour-la-caisse-de-retraite-des-cadres-4df4b0084519e7789cb177651fcf4caa

    1. Deux éléments sont à noter : d’abord cette exigence de fonds propres dépasse largement la réglementation actuelle de Bâle 3, ce qui veut dite que le FSB n’accorde aucune crédibilité au principal organisme chargé de veiller à la solidité des banques dans le monde. Deuxièmement, le FSB n’accorde aucune valeur aux stress-tests que la Banque Centrale Européenne (BCE) vient de faire passer aux banques européennes et qui accordent un satisfecit à toutes les grandes banques de la zone euro.

      1. Et la chute “et la réponse de la Fédération bancaire française à cette annonce du FSB vaut le détour : “Le dispositif envisagé par le FSB est redondant avec des mesures qui ont déjà été prises en Europe pour renforcer la capacité des banques à faire face à des difficultés, notamment la directive européenne relative à la prévention des crises bancaires et la création du fonds de résolution unique européen préfinancé” (Le Figaro du 10/11/2014). Précisément, la “directive européenne relative à la prévention des crises bancaires” prévoit, en cas de crise, de ponctionner directement les comptes des déposants, comme nous l’avons expliqué. Conclusion : ce n’est pas la peine d’augmenter les fonds propres puisque nous pourrons puiser dans les comptes bancaires ! Voilà qui devrait rassurer tous les épargnants, français et européens.”

  4. Attendez vous à savoir ………..à l’occasion de ce week end ou tous les dirigeants seront regroupés en Australie pour le G20 , les russes vont envahir militairement un large couloir de +- 150 km de largeur jusque Odessa et le conforter rapidement.
    Les beaux parleurs pourront toujours continuer à palabrer.

Répondre à Whoa Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *