€ crise et règlements de comptes

La Banque de France publiera demain les chiffres de la balance des paiements qui feront apparaitre une fois de plus l’importance du déficit du commerce extérieur.

La Douane a déjà publié ses chiffres pour le mois de juin : le déficit est évalué à 5,6 milliards d’euros, soit 68,5 milliards sur les 12 derniers mois, record historique,

A titre de comparaison, l’excédent commercial de l’Allemagne, était de 12,7 milliards d’euros en juin.

Avant, c’est-à-dire il y a une quarantaine d’années, tout le monde savait qu’un déficit du commerce extérieur se traduirait inévitablement par une dévaluation du franc français, donc avec des prix à l’importation plus élevés, et tout le monde savait qu’il fallait s’y adapter.

Maintenant, plus personne, en dehors de quelques énergumènes isolés, ne s’en préoccupe car l’euro système permet de transférer plus ou moins discrètement les excédents, provenant essentiellement de l’Allemagne, afin de combler les déficits de la France et des autres cochons de pays du Club Med.

Le commerce extérieur français était excédentaire avant l’adoption de l’euro mais il est devenu déficitaire par la suite, la dégradation étant continue sur l’ensemble de la période.
La ligne rouge a été franchie en 2004.

Après l’éclatement de l’euro système, il faudra régler les comptes qui ont été soigneusement tenus depuis l’adoption de l’euro, justement dans la perspective de cette éventualité.

D’après la rubrique N.4.700, Compte financier, Autres Investissements, France vis-à-vis du Reste du Monde, Transactions nettes, non CVS-CJO qui compense les déficits des diverses rubriques pour rééquilibrer finalement nécessairement la balance des paiements, le cumul des dettes depuis 2004 est de l’ordre de 200 milliards d’euros, cf. mes articles précédents à ce sujet, mais, pour évaluer la position nette réelle de la France vis-à-vis du Reste du Monde, il faut rajouter les 850 milliards d’euros de bons du Trésor français détenus par des investisseurs étrangers.

La sortie de l’euro système se traduira donc par une ardoise de 1 050 milliards au bas mot, fin juin, pour un PIB annuel de l’ordre de 2 000 milliards.

Les investisseurs avisés, c’est-à-dire les bons spéculateurs, vendent les titres libellables en francs français.
Les rendements des bons à 10 ans du Trésor font office d’ersatz de monnaie nationale car ce sont des actifs liquides de référence comme tous les autres bons de cette échéance dans le monde.

La BCE rachète sur le marché secondaire des bons des Trésors de ces cochons de pays du Club Med, ce qui sauve les apparences mais ces opérations ne font que modifier cet excellent indicateur qui donne la mesure de la gangrène en cachant l’ampleur du mal.

10 réflexions sur “€ crise et règlements de comptes”

  1. Votre analyse semble partagée par Sarkozy puisqu’il a déclaré publiquement et récemment que le retour au franc aurait pour conséquence de doubler la dette française (en réponse à la proposition du FN)
    Il convient donc que l’euro est pour la France au double de la valeur qu’aurait une monnaie nationale
    C’est énorme et bien évidemment aucun journaliste n’a réagi
    Au final, les Français vont voir leur niveau de vie diminué de moitié, soit par les plans de rigueur qui ne serviront à rien, soit par une dévaluation massive
    Aussi et vous avez mille fois raisons, optons immédiatement pour une sortie de l’euro, dévaluons massivement, remboursons nos dettes en franc avec la parité au moment de le création de l’euro et une fois la purge effectuée nous pourrons repartir sur des bases saines
    Mais évidemment la solution qui va être suivie va être la même que celle adoptée dans les années 30, c’est à dire la déflation avec un euro à des niveaux stratosphériques (faites confiance à B2 pour ça) et des plans de rigueur qui n’auront pour conséquence que de provoquer des émeutes
    Nos dirigeants sont soit des crétins, soit des criminels, soit les deux

  2. Pas sur que ca tienne aussi longtemps que le pense Rémy :

    “La France et la Belgique risquent cependant d’être à leur tour sous pression. “En fin de compte, l’Italie et l’Espagne sont sorties du jeu, donc nous allons regarder ensuite du côté de la Belgique et de la France – des pays qui sont sans protection”, prévient un autre trader.”

  3. Mardi 9 août 2011 :
    Les cinq Etats européens en faillite ont une dette publique de 3117 milliards d’euros.

    Irlande : dette publique de 148 milliards d’euros.
    Portugal : dette publique de 160 milliards d’euros.
    Grèce : dette publique de 328 milliards d’euros.
    Espagne : dette publique de 638 milliards d’euros.
    Italie : dette publique de 1843 milliards d’euros.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-26042011-AP/FR/2-26042011-AP-FR.PDF

    Qui va assumer cette dette publique de 3117 milliards d’euros ?
    L’Allemagne ?
    Mais l’Allemagne a elle-même une dette publique de 2079 milliards d’euros.
    Alors ?
    Qui va assumer cette dette publique de 3117 milliards d’euros ?

  4. Mardi 9 août 2011 :

    Les rendements des emprunts italiens et espagnols sont en repli mardi en matinée, les investisseurs s’attendant à de nouveaux rachats de la part de la Banque centrale européenne (BCE), tandis que la France et la Belgique pourraient à leur tour être sous pression.

    “Nous n’avons pas encore vu de rachats de la BCE, mais on s’attend à ce qu’elle s’implique à nouveau, et dans des volumes importants”, explique un trader.

    La BCE a élargi lundi son programme de rachat à l’Italie et l’Espagne, troisième et quatrième économies de la zone euro, intervenant de façon importante sur les marchés obligataires.

    Mardi, le rendement du papier italien à 10 ans reculait de 19,7 points de base (pdb) en matinée, à 5,134%, tandis que son homologue espagnol se détendait de 16,3 pdb à 5,05%.

    Le marché obligataire pourrait tester la détermination de la zone euro à affronter la crise de la dette en mettant sous pression d’autres pays en délicatesse avec leurs finances.

    “En fin de compte, l’Italie et l’Espagne sont sorties du jeu, donc nous allons regarder ensuite du côté de la Belgique et de la France – des pays qui sont sans protection”, prévient un autre trader.

    Le rendement des obligations françaises à 10 ans grimpait de 7,5 pdb sur la séance à 3,22 %, soit la plus mauvaise performance parmi les pays de la zone euro.

    (Dépêche AFP)

    Alerte !

    La France et la Belgique sont attaquées !

    Alerte !

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=CFRTR1U5:IND

  5. Cessez une fois pour toute, s’il vous plaît, d’utiliser le mot “attaquer” comme tous les journalistes et politiques crétins que compte ce pays. Que eux l’utilisent à des fins démagogiques, passe, mais que les lecteurs de ce blog l’utilisent aussi, c’est à désespérer. Le mot convenable est “déserter”. les gens qui nous ont prêté sans regarder, “désertent” à présent nos demandes de prêts.

    Attaquer est une action intentionnelle visant à nuire. Déserter est une absence d’action ou plutôt une action de fuite destinée à se protéger (du point de vue du préteur).

    L’utilisation du mot attaquer est donc volontairement utilisée pour tromper les gens dont la culture économique frise le 0 (Fahrenheit).

  6. Bon TF1 nous a tout expliqué. La France n’est pas dégradée pour plusieurs raisons :

    -nous voilà rassurés : la France mérite son triple A du fait de son attitude politique courageuse face au régime des retraites (S&P semble ignorer les 5.000 milliards d’euros non provisionnés de retraites des ponctionnaires )

    – Ensuite la démographie robuste supérieure à 2 enfants par femmes. (si c’est la natalité à laquelle je pense, on aura les résultats sous peu de leur “productivité”. Qu’un remake de 95 à Paris et de 2011 à Londres soit en gestation à Paris ne m’étonnerait pas plus que ça.. La rentrée sera chaude. Prions pour qu’un flic ne fasse pas usage de son arme dans le cadre d’une fusillade…

    – Ensuite, Ô miracle des miracles, la France possède un trésor de guerre de 200 Milliards d’euros dans lequel taper : le livret A hé oui, on pourra taper les petits épargnants directement au bas de laine en augmentant les impôts, puisqu’ils peuvent payer… génial !!

    Mais pourquoi se priver de détrousser les gens ? ça mérite effectivement un triple A (Administration, Arnaque, Appauvrissement).

    Et puis Lagarde le dit bien, en France tous les clignotants sont au vert (y compris la criminalité florissante avec des attaques de plus en plus sophistiquées et lourdement militarisées.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *