Gilets Jaunes et monétarisme

Les Gilets Jaunes ne connaissent rien en matière de monétarisme, et c’est compréhensible.

Le job de Joe le plombier (devenu célèbre pendant le temps d’une campagne présidentielle américaine), c’est la plomberie, les tuyaux, les soudures ; ce n’est pas de surveiller l’évolution des agrégats monétaires !

Il en est de même pour les Français de France, les Français dits de souche, les natifs, ceux qui ne sont rien, les classes laborieuses comme l’a dit le Mignon Poudré, les sans dents comme l’a dit son prédécesseur (l’idiot normal), ceux qui sont méprisés par la nomenklatura qui les désignent par différents noms d’oiseaux comme les beaufs, les fachos, les saucisson-pinard, les ringards, etc.

La surveillance et le maintien des fondamentaux économiques, financiers et monétaires, c’est le job des Zautorités censées être compétentes, à savoir les gens de la banque centrale, du gouvernement, du Parlement, des armées et d’autres entités spécialisées comme celles qui devraient surveiller les marchés…

Or c’est là où se trouvent les problèmes : ces gens-là ne font pas correctement leur travail pour défendre les intérêts de leur nation, c’est-à-dire de la France alors que le Donald le fait énergiquement pour l’Amérique.

Trois problèmes particulièrement importants sont mal résolus (et ce sont aussi trois erreurs majeures)…

Le premier problème concerne le choix du système économique.

Il est simple, binaire : soit le pays se développe selon les principes du capitalisme libéral, soit selon les principes de son opposé, c’est-à-dire du communisme ou de sa forme atténuée qu’est le socialisme (ou encore sous la forme de tout autre type d’organisation de société qui s’y apparente).
C’est soit l’un, soit l’autre.

C’est la seule alternative, aucun autre choix n’est possible, ni théoriquement ni historiquement.
Une autre voie, une troisième voie n’existe pas
.
Le juste milieu (avec un taux de prélèvements obligatoires de l’ordre de 50 % par exemple) n’est qu’un socialisme plus ou moins larvé et non performant.

Après la faillite du communisme symbolisé par l’URSS, il est bien établi que seul le capitalisme libéral permet de maximiser la Richesse des nations et de leurs habitants.

Dès que les Américains ont eu constitué leur nation en tant que telle, ils se sont inscrits très clairement dans un cadre libéral.

En Chine, après avoir constaté que le communisme avait été un échec sur le plan économique, les dirigeants ont adopté un libéralisme de plus en plus ouvert qui a enfin permis le décollage de son économie avec très rapidement une augmentation considérable du niveau de vie des Chinois tout en maintenant des structures politiques héritées du communisme qui ont permis d’assurer une stabilité politique nécessaire pour qu’un certain ordre règne dans ce pays en grands changements.

Rien de tel en France. Un socialisme larvé qui freine irrémédiablement la croissance s’est développé après les 30 Glorieuses, voulu par les dirigeants et la plus grande partie de la population.

Deuxième problème, deuxième erreur majeure…

Les Gos banques ne respectent pas les règles prudentielles d’endettement, ce qui signifie que les banksters qui les dirigent prêtent trop d’argent par rapport à leurs capitaux propres, ce qui fragilise ces banques au point d’être dans des situations proches de la faillite, ce qui a des conséquences particulièrement graves car ce sont aussi des big banks too big to fail.

Leur surendettement est la cause de la création d’une bulle monétaire létale à terme car ces crédits que les banques accordent mais qu’elles ne devraient pas accorder sont générateurs de ce gonflement de la masse monétaire au-delà de ses limites normales.
Les prix des biens immobiliers les plus recherchés atteignent alors des niveaux record hors normes.

Cette création monétaire indue provoque aussi un ralentissement de la circulation monétaire qui a pour conséquence de ralentir aussi la croissance.
Ces problèmes spécifiquement bancaires sont aggravés par l’existence de cette zone monétaire contre nature qu’est l’euro
, ce qui constitue le troisième gros problème.


Troisième problème, troisième erreur majeure…

L’Europe est un continent sur lequel se trouvent des nations depuis des siècles.
L’Europe n’est pas une nation, or, une monnaie est nécessairement celle d’une nation.
C’est comme ça. Ça ne peut pas être autrement. Es muß sein!

L’existence de cette zone monétaire contre nature qu’est l’euro ne permet pas de maitriser l’évolution de la masse monétaire dans chacun des pays membres, ce qui fait qu’une bulle monétaire se développe sans le frein que pouvait constituer la banque centrale de chacun de ces pays membres.

Une monnaie unique pour deux pays dont les niveaux et les gains de productivité sont très différents aboutit à l’enrichissement de celui qui a la productivité la plus forte par l’appauvrissement de l’autre.
C’est ce que les dirigeants de l’Allemagne de l’Ouest ont fait avec l’annexion (l’Anschluß) de l’Allemagne de l’Est.
Par la suite, ils ont recommencé la même manip au niveau de l’Europe ce qui leur permet de bénéficier d’une monnaie sous-évaluée et de pomper les richesses de ces cochons de pays du Club Med, dont la France
.
Les Français sont donc une fois de plus appauvris.

Pour ces trois raisons principales, la croissance en France est faible et le taux des prélèvements obligatoires très élevé.
En conséquence, le pouvoir d’achat des Français victimes de ces dérives baisse maintenant dramatiquement
.
Malheureusement, les Français ne réagissent qu’à partir du moment où ils voient le prix à payer à la pompe… alors que les prix du pétrole brut baissent !

Les Gilets Jaunes ne sont pas des PD, des Africains, du Nord ou d’Afrique Noire, ni de prétendus réfugiés, ni des musulmans du Moyen-Orient, ni des journaleux ni des Enarques, encore moins de l’inspection des finances.
Ils sont victimes de leur propre ignorance et des manipulations de leurs dirigeants qui en sont les grands bénéficiaires.

Aux Etats-Unis, après les années de dérives socialistes (par les Démocrates), les Américains ont enfin bien réagi en élisant le Donald qui défend énergiquement les intérêts de l’Amérique et ils en profitent !

Pour rappel, une émission particulièrement édifiante sur une partie des agissements des banksters de BNP-Paribas est visible sur internet, cliquer ici pour la visionner.

8 réflexions sur “Gilets Jaunes et monétarisme”

    1. Plainte contre Emmanuel Macron et le gouvernement français pour « les faits de racket, dilapidation de l’argent public, préjudice moral et mise en danger de la vie d’autrui, violences volontaires avec arme, usage abusif de la force publique sur personne vulnérable, atteinte au droit de manifestation ».

  1. A propos du “beauf”, racine trouvée ici https://www.dreuz.info/2018/11/27/goldnadel-la-gauche-mondaine-refuse-de-comprendre-les-gilets-jaunes/
    Extrait :
    “Dans mon dernier livre, « Névroses médiatiques » *, je dis d’où vient le «beauf». J’explique, preuves historiques et sémantiques à l’appui, qu’il est le fils du b.o.f, ce marchand pétainiste en beurre, œufs et fromage immortalisé de manière savoureuse par Jean Dutourd. Mais 68 est passé par là, et l’exception du bof est devenue la règle du beauf qui a transformé l’ensemble des Français blancs franchouillards en racistes impénitents. Le principal succès de la gauche médiatique aura été de persuader les fils de l’immigration que Dupont était con et raciste comme la joie.

    Mais à force d’être insulté et rançonné, le beauf s’est rebiffé. Il est redescendu samedi dans la rue.”

  2. “Ils sont victimes de leur propre ignorance et des manipulations de leurs dirigeants qui en sont les grands bénéficiaires.”

    Effectivement, ils se sont fait baisés par leurs parents, s’illusionnant avoir eu une enfance heureuse (cf. Alice Miller) et, en écho de s’être fait baisé par leur parent, ensuite de se faire baiser par les zozautorités foncièrement incompétentes. Cela peut durer ainsi longtemps si l’on extirpe pas la racine du mal.

    Donc, de mon point de vue, le mal est très profond et ne risque pas d’être éradiqué d’un claquement de doigt.

    Reconnaître le trouble de notre enfance, c’est tellement terrible selon Alice Miller, c’est quasiment presque comme mourir… que l’on va tout faire pour éviter de découvrir notre terrible réalité enfantine… L’on reste donc partagé entre un soi profond enfoui et un moi grandiose (l’expression est d’Alice Miller) sans pouvoir faire la connexion… le moi grandiose masquant un soi profond enfoui… qu’on a du oublier pour survivre…

    Ainsi, l’on a fait, par exemple avec De Gaulle et suivant, dans la grandeur de la France ! Mais ce ressort semble désormais cassé !

  3. Attention tout de même à ne pas sombrer dans le manichéisme. Une troisième voie française a éxisté mais n’existe plus.
    Cette troisième vois alliait les libéraux nationaux aux communsites : c’est le CNR.
    Les acquis sociaux ne sont pas tous à jeter. Vous serez sans doute content de ne pas payer avant de vous faire soigner si un problème de santé grave survenait. Le système de santé américain ne fait pas rêver ! D’ailleurs personne ne s’y trompe pusque tout les grands de ce monde viennent se faire soigner en France !
    Et c’est bien votre troisième point qui a détruit le premier.
    Sans l’euro, nous pouvons être plus libéraux au nivau national et plus protectioniste au niveau mondial. Telle est l’équation gagnante qui permettra le maintien d’une certaine égalité (ou d’une ne pas trop grande inégalité) entre individus tout en favorisant l’esprit d’entreprise (les vraies entreprises pas les start up de Xavier Niel qui ne sont jamais rentables).

  4. ” ce qui fait qu’une bulle monétaire se développe sans le frein que pouvait constituer la banque centrale de chacun de ces pays membres”

    SANS LE FREIN, de l’importance de la Résistance Universelle, Résistance mise en avant par le québécois Armel Larochelle, cela dans un silence assourdissant…

    De même une administration peut servir de frein salvateur, mais quand elle fait dans le redoublement des contraintes, ce qui fait étouffement, c’est la cata !

    De même une agriculture basée que sur l’activation, cela conduit à des systèmes biologiques qui font défaut (eutrophisation des eaux, des taux minéraux déséquilibrés dans les plantes, ce qui est alors facteur d’autres déséquilibres -avortement bovins, etc…). Mais comme on est en France, dénoncer cela conduit immédiatement à se faire fermer les portes de l’emploi, la tolérance à la contradiction étant à sa valeur zéro. Les institutions françaises étant de nature totalitaire, ne permettant aucunement le choix….

Répondre à Paolo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *