La crise est finie !

Les rendements des bons bons du Trésor helvète à 10 ans ont battu leur plus bas record à 0,588 % en début d’après-midi…

Document 1 :

… tandis que ceux de l’Espagne montaient à 7,240 %

Document 2 :

… ce qui faisait un écart record par rapport à ceux du Bund,

Document 3 :

Les rendements des bons bons de référence plongent,

Document 4 :

Hier 19 juillet, les rendements des mauvais bons français ont atteint leur plus bas historique à 2,037 %,

Document 5 :

La crise est finie. Tout va bien dans la zone euro. L’Amérique est au bord du gouffre.

19 réflexions sur “La crise est finie !”

  1. Vendredi 20 juillet 2012 :

    Vers 16 heures :

    Espagne : taux des obligations à 10 ans : 7,258 %. Record historique battu.

    http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND

    ALERTE – La Bourse de Madrid plonge de plus de 5%, malgré l’aide aux banques.

    MADRID – La Bourse de Madrid a plongé vendredi de plus de 5%, redoublant d’inquiétudes peu après le feu vert donné par la zone euro au plan d’aide aux banques espagnoles, qui prévoit une enveloppe pouvant aller jusqu’à 100 milliards d’euros.

    L’indice Ibex-35 perdait 5,10%, à 6.294,6 points, à 13H33 GMT, tiré vers le bas par les valeurs bancaires : Santander perdait 5,88% et BBVA 6,26%.

  2. Oui Mr Chevallier, vous avez raison !
    “Tout va bien dans la zone euro. L’Amérique est au bord du gouffre.”
    Merci d’avoir le courage de le dire 🙂

    Et permettez-moi d’ajouter ce que vous négligez de préciser :
    – L’Europe va former un grand marché commun avec la Russie !
    – Les entreprises du Maghreb vont se développer aussi vite que la démocratie sur leur sol !
    – Terminé la corruption en Afrique !
    – Finies les guerres causées à cause du grand méchant marché !
    L’idéologie groucho marxo keynésienne a eu le dernier mot, nous sommes sauvés !

  3. Juste sorti à la BCE :

    20 July 2012 – Collateral eligibility of bonds issued or guaranteed by the Greek government

    Due to the expiration on 25 July 2012 of the buy-back scheme for marketable debt instruments issued or fully guaranteed by the Hellenic Republic, these instruments will become for the time being ineligible for use as collateral in Eurosystem monetary policy operations.

    In line with established procedures, the Governing Council of the European Central Bank (ECB) will assess their potential eligibility following the conclusion of the currently ongoing review, by the European Commission in liaison with the ECB and the IMF, of the progress made by Greece under the second adjustment programme.

    Liquidity needs may be addressed by the relevant national central bank in line with existing Eurosystem arrangements.

    1. Vivement le prochain bilan de la BCE… Quelle contre-ecriture pour les dettes grecques ????…. (Le verso d’un carre de papier-toilette me vient subitement a l’esprti)…

      Ouf, la crise est finie. La BCE est confiante sur la qualite des garanites, c’est merveilleux !

  4. Vendredi 20 juillet 2012 :

    Vers 16 heures 45 :

    Espagne : taux des obligations à 10 ans : 7,278 %. Record historique battu.

    http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND

    Espagne : la Bourse de Madrid plonge de plus de 5%.

    La Bourse de Madrid a plongé vendredi de plus de 5%, après l’appel au secours lancé par la région de Valence, et malgré le feu vert donné par la zone euro au plan d’aide aux banques espagnoles, qui prévoit une enveloppe pouvant aller jusqu’à 100 milliards d’euros.

    L’indice Ibex-35 perdait 5,10%, à 6.294,6 points, à 13H33 GMT, tiré vers le bas par les valeurs bancaires : Santander, première banque en zone euro par la capitalisation boursière, perdait 5,88% et BBVA perdait 6,26%.

    Caixabank reculait de 2,13% et Banco Popular perdait 5,66%, tandis que toutes les valeurs de l’Ibex-35 étaient dans le rouge.

    Un appel au secours lancé à l’Etat espagnol par la région de Valence, qui a demandé vendredi de l’aide publique en raison d’un manque de liquidités, a semé la panique sur les marchés.

    Dans ce contexte d’inquiétudes, le feu vert donné par la zone au plan d’aide aux banques espagnoles, qui prévoit une enveloppe pouvant aller jusqu’à 100 milliards d’euros, n’a pas suffi à rassurer les investisseurs.

    http://www.romandie.com/news/n/_La_Bourse_de_Madrid_plonge_de_plus_de_578200720121615.asp

      1. La Fayite, Nous voilà !!!!

        Merci pour l’article.
        Oui, tout va bien euroland, ce qui est une bonne nouvelle selon les humoristes télévisuels (qu’ils soient journaleux ou pseudo-économistes)

  5. Bon, je vois que tout le monde se gargarise avec la zone euro qui est en faillite. Mais le but ultime de tout ça c’est l’investissement. Dans quoi on investi au States en ce moment?

    1. Merci Josick !. Sure qu’avec de tels propos, le mariole encourage à l’€-investissement !. Il se rend compte aussi que pressurer encore plus les €-Peuples risque d’engendrer la révolte. Son ton est très…. monarchique !.

  6. Clin d’oeil à Hagen, en matière d’investissements :
    Dans le cadre de la recherche fondamentale, l’accélérateur de particules du CERN a mis en évidence le 4 juillet dernier ( après 40 ans de recherches ) le fameux Bozon de Higgs. Autrement dit, on connait maintenant l’origine de la masse de la matière.

    Merci à Joël pour cet extrait, fort humoristique, concernant les schadock. J’ai ri de bon coeur !.
    Bon et beau week end à Tous.

  7. Je me permets de poster ici la remarque judicieuse d’un lecteur de l’Institut des Libertés :

    “L’épargne est actuellement détruite, d’abord par un taux d’intérêt artificiellement bas, ensuite par l’inflation, mais surtout par le détournement des moyens aux profits d’Etats faillis.
    Bastiat, dans sa correspondance avec Proudhon, n’avait-il pas vu, très correctement, que le socialisme exigeait l’abolition du taux d’intérêt? Nous y sommes: les Etats font de la cavalerie (un délit qui consiste à emprunter pour rembourser d’anciens prêts), se financent à un taux artificiellement fixé par la BCE à 0%, et empêchent les entreprises d’avoir accès au crédit. Réponse des collectivistes à une catastrophe qu’ils ont eux-mêmes provoquée: créer une banque d’Etat qui décidera dans quels paniers percés, favoris du régime, investir des moyens de plus en plus rares, jusqu’à la ruine finale.” – De Smet.

Répondre à Homer Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *