Mon intervention dans une émission d’Olivier Pichon sur TVLibertés totalise plus de 350 000 vues !

Olivier Pichon m’a invité à participer à son émission Politique & Eco sur TVLibertés enregistrée le 11 mai dernier pour aborder un certain nombre de problèmes économiques, financiers et bancaires…

Cliquer ici pour la (re)voir.

Cette émission comptabilise plus de 350 000 vues sur YouTube à ce jour, 23 août, ce qui est beaucoup, surtout pour une émission traitant entre autres mais surtout des modalités de la comptabilisation des risques d’impayés sur les prêts accordés par les banksters à leurs clients, ce qui est un sujet qui ne passionne pas beaucoup de monde ordinairement.

En effet, mes analyses montrent que les banksters européens et en particulier français ne respectent pas les règles comptables en vigueur pour leur éviter de tomber en faillite du fait que ces banques ont des capitaux propres… négatifs !

Une banque qui a des capitaux propres négatifs n’est plus une banque : c’était une banque !

Une banque qui a des capitaux propres négatifs, c’est comme les taux négatifs : c’est inconcevable, inimaginable, impensable !

La plupart des big banks européennes ont des capitaux propres négatifs quand ils sont recalculés d’après les données publiées dans leurs rapports financiers et en appliquant les règles comptables, en particulier l’IFRS 9,

Document 1 :

Sommes en milliards de dollars (USD) sauf pour les banques de la zone euro.

Mes analyses sont parfaitement justifiées et elles sont même partagées par les millions d’investisseurs internationaux qui ne placent pas leurs capitaux dans les actions de ces banksters comme le montrent les capitalisations boursières de ces banques,

Document 2 :

Sommes en milliards de dollars (USD) sauf pour les banques de la zone euro au 17 août 2021.

Le Mignon poudré une fois élu a commencé par être ridicule mais il est devenu très dangereux après son discours du 12 juillet dernier qui a fait entrer la France en dictature à partir du moment où il n’a pas été désavoué par les autorités censées y maintenir l’Etat de droit.

Les conséquences des décisions qui ont été prises par les autorités françaises sous le prétexte de résoudre les problèmes liés à cette histoire de coronavirus sont catastrophiques et c’est certainement ce qui va provoquer la chute des dominos bancaires européens, c’est-à-dire un tsunami bancaire que j’annonce depuis plus d’un an et que les banksters sont arrivés à repousser pour l’instant.

Cliquer ici pour lire mon article précédent à ce sujet.

Cliquer ici pour voir l’émission n° 254 de Politique & Eco mise en ligne le 16 mars 2020 mais enregistrée le 3 mars qui a totalisé 212 000 vues sur YouTube :  Vers un tsunami bancaire en Europe.

Cliquer ici ou ici pour voir l’émission n° 274 de Politique & Eco mise en ligne le 2 novembre 2020 qui a totalisé 110 000 vues sur YouTube :  Dernières nouvelles du tsunami bancaire.

Cliquer ici ou ici pour voir l’émission n° 212 de Politique & Eco mise en ligne le 22 avril 2019 qui a totalisé 17 000 vues sur YouTube :  La dette, les banques et la création monétaire : petit voyage en absurdie.

© Chevallier.biz

6 réflexions sur “Mon intervention dans une émission d’Olivier Pichon sur TVLibertés totalise plus de 350 000 vues !”

  1. La dictature a commencé bien avant juillet 21 d’après Valérie Bugault : “Il faut commencer par préciser que la France n’existe officiellement plus depuis que ses institutions officielles ont été mises en suspens par l’arrivée d’un Conseil de Défense sanitaire sans base juridique, a-constitutionnel et a-politique.”
    Dans un interview que je n’ai pas retrouvé, elle parlait du 15 mars 2020 il me semble.

    https://valeriebugault.fr/olivier-renault-entretien-partie-1-avec-valerie-bugault-pour-observateur-continental-le-6-aout-2021
    https://valeriebugault.fr/olivier-renault-entretien-partie-2-avec-valerie-bugault-pour-observateur-continental-le-6-aout-2021
    https://valeriebugault.fr/olivier-renault-entretien-partie-3-avec-valerie-bugault-pour-observateur-continental-le-6-aout-2021

      1. Elle les voit sous les angles juridiques et institutionnels.
        Mais effectivement, elle ne fait pas d’analyse “technique”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *