BCE : encore des dollars pour une banque !

Une des deux banques qui a emprunté des dollars la semaine dernière n’a manifestement pas pu les rembourser à l’échéance et elle en demande à nouveau 500 millions,

En attendant les suivantes…

3 réflexions sur “BCE : encore des dollars pour une banque !”

  1. Mercredi 21 septembre 2011 :

    La Grèce fera défaut mais ne quittera pas la zone euro (agence de notation Fitch).

    La Grèce, embourbée dans la crise de la dette, va se retrouver en défaut de paiement mais ne quittera pas la zone euro, car les coûts d’une telle décision seraient trop élevés non seulement pour Athènes mais pour l’ensemble de l’Europe, a indiqué mercredi Fitch.

    « Fitch s’attend à ce que la Grèce se retrouve en défaut de paiement, mais le pays ne va pas quitter la zone euro », a indiqué l’agence de notation dans une étude.

    « Si la Grèce quittait la zone euro, cela établirait un précédent qui pourrait mortellement déstabiliser l’ensemble de la zone euro », a ajouté l’agence, qui a attribué une note de dette à long terme « CCC » à la Grèce, soit un émetteur présentant un véritable risque de non-remboursement.

    « L’implication du secteur privé qui a été convenue en juillet signifie qu’il y aura un échange de titres de dettes par les grandes banques détentrices de dette grecque. Nous estimons que cela équivaut à un défaut de paiement », a expliqué à l’AFP Douglas Renwick, analyste à Fitch.

    En juillet, des banques et assureurs créanciers de la Grèce, membres de l’Institut de la finance internationale (IIF), ont offert à Athènes de réduire volontairement leurs prétentions afin d’aider le pays à sortir de la crise économique, une mesure qui les obligerait à renoncer à 20% des montants prêtés, selon les analystes.

    Même avec une implication du secteur privé, prévue par le nouveau plan de soutien à la Grèce, le niveau d’endettement d’Athènes sera encore « extrêmement élevé », a prévenu M. Renwick.

    Le Fonds monétaire international (FMI) a en effet fortement relevé mardi le pic de la dette publique de la Grèce à 189 % du produit intérieur brut (PIB) en 2012, contre 172 % auparavant.

    La projection de déficit a aussi été révisée à 8 % du PIB, contre 7,6 % auparavant.

  2. Mercredi 21 septembre 2011 :

    Standard & Poor’s déclasse 15 banques italiennes.

    Standard & Poor’s a annoncé mercredi avoir abaissé la note de crédit de sept banques italiennes, dont Mediobanca et Intesa Sanpaolo, au lendemain du déclassement de la note de l’Italie par l’agence de notation.

    Cette dernière a également revu en baisse sa perspective, de stable à négative, sur huit autres banques, dont Unicredit, premier établissement bancaire du pays en termes d’actifs.

    “Les perspectives négatives sur les notes à long terme des 15 banques reflètent la possibilité que nous pourrions abaisser encore leurs notes si, toutes choses restant égales par ailleurs, nous devions abaisser une nouvelle fois la note de l’Italie”, précise S&P.

    Standard & Poor’s a accentué mardi la pression sur la zone euro, toujours empêtrée dans la crise de la dette, en abaissant d’un cran la note de crédit de l’Italie pour la ramener à un niveau inférieur à celle de la Slovaquie.

    http://www.boursorama.com/actualites/s-p-declasse-15-banques-italiennes-7d0be3a294020e2933b4793e2b0a92a3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *