Fed : trésor en or

Un de mes lecteurs a fort justement relevé que la Fed évalue l’once d’or à sa valeur de marché de… 1973, soit 42,22 dollars contre… 1 620 dollars actuellement (environ) !

Elle est la seule grande banque centrale à ne pas évaluer son or à sa juste valeur de marché.

Pour que son bilan donne une image fidèle de la réalité, il faudrait comptabiliser ces réserves d’or à cette valeur actuelle de marché, ce qui donne un stock d’or d’un montant total de 423,5 milliards de dollars

Document 1 :

… ce qui ferait passer le total du bilan à 3 343,569 milliards et les capitaux propres à 477,300 milliards,

Document 2 :

Dans ces conditions, le multiple d’endettement (mon µ, leverage) de la Fed est de 6,0 et celui de la BCE de 4,8 ce qui est a priori parfait pour une banque.

Il est politiquement difficile pour une banque centrale de vendre une part importante de ses réserves en or. Le statu quo risque de durer encore pendant quelques décennies !

Certaines rubriques des bilans de la Fed et de la BCE présentent des similitudes mais en fait, les différences sont considérables.

En effet, comme l’a fort justement relevé B-2, le marché interbancaire fonctionne normalement aux Etats-Unis (car les banques ont confiance entre elles), ce qui n’est pas le cas dans la zone euro.

Par ailleurs, les actifs de la Fed sont constitués de bons bons du Trésor alors que ceux de la BCE sont pourris par les junk bonds de ces cochons de pays du Club Med.

23 réflexions sur “Fed : trésor en or”

  1. bon, si la bce ou la fed évaluent l’or 42.2 dollars l’once …

    moi, je suis acheteur de 500 Onces et je leur prends à 45 dollars l’once (je leur donne un super prix …)

  2. encore moi…

    Je pense que c’est pas une bonne idée de compter les stocks d’or à la valeur du marché comme du tiers core one pour calculer un levier.
    (C’est comme des banksters et autres stratégistes obligataires qui mettraient des oat piigs en faillite dans leur tier core one)

    Car les stocks d’or des banques centrales sont beaucoup trop gros et ce ne sont pas des liquidités qui s’échangent de gré à gré comme des titres quelconques. (sauf l’or en carton papier de chez mf global et en se faisant livrer peu à peu et en faisant faire faillite au courtier)

    L’or peut monter en flèche… mais redescendre aussi sec dans certains cas…. comme quand une banque centrale vend massivement.
    Par exemple, si la BCE annonce la vente de stocks d’or… le cours de l’or va chuter
    (mais on vendra quand même !!!! Comme l’a fait notre histrion intelligent lors d’un brillant passage au ministère de l’économie…)

    C’est là que ça devient intéressant….

    Si les différentes banques centrales ne le font pas officiellement …
    mais qu’elles gonflent leur bilan en faisant comme si le gold était du tiers core one …

    cela veut dire que….

    puis c’est là que s’arrête ma réflexion. je n’ai pas les connaissances historico-économiques nécessaires et j’ai bien du mal à interpréter ces faits.

    Comment interpréter ce comportement ?
    Si quelqu’un a une idée à proposer…

  3. “Certes, mais combien de lingots sont-ils en tungstène ?”

    Et bien, nous ne le saurons jamais.

    Que les réserves d’or détenues à Fort-Knox existent encore ou pas, ce qui importe c’est de laisser croire que oui.

    Arriver au bord de la faillite, le mieux est de continuer à mener grand train et de laisser supposer que les coffres sont encore plein.

    Après tout, à quoi peut bien servir une banque centrale.

  4. Petite précision non dénuée d’importance :

    Positions en or du Trésor US : http://www.treasury.gov/resource-center/data-chart-center/IR-Position/Pages/122323011b.aspx à la ligne A4

    Positions en CERTIFICATS OR de la Fed : http://www.federalreserve.gov/releases/h41/Current/ au chap. 8

    Pourquoi ? Parce que

    “Acting under this authority [the Emergency Banking Act of March 9, 1933], the secretary of the Treasury issued orders dated December 28, 1933, and January 15, 1934, the latter requiring all gold coin, gold bullion, and gold certificates to be delivered to the Treasurer of the United States on or before January 17, 1934.

    A new type of gold certificate, series of 1934, in denominations of $100, $1,000, $10,000, and $100,000, was issued only to Federal Reserve banks against certain credits established with the Treasurer of the United States. These certificates are not paid out by Federal Reserve banks and do not appear in circulation. They bear on their face the wording: “This is to certify that there is on deposit in the Treasury of the United States of America dollars in gold, payable to bearer on demand as authorized by law.”

    Gold certificates, however, have not been printed since January, 1935. Under the Gold Reserve Act of January 30, 1934, all gold held by the Federal Reserve banks was transferred to the U.S. Treasury, in accordance with Presidential Proclamation of January 31, 1934, the former receiving the gold certificate credits on the books of the Treasury at the former statutory price for gold $20.67 per ounce.

    Gold assets were valued at $35 per fine troy ounce, giving effect to the devaluation January 31, 1934, until May 8, 1972, when they were revalued at $38 pursuant to the Par Value Modification Act, P.L. 92-268, approved March 31, 1972. The increment amounted to $822 million.

    Gold assets were subsequently revalued at $42.22 pursuant to the amendment of Section 2 of the Par Value Modification Act, P.L. 93-110, approved September 21, 1973. This increment amounted to $1,157 million. All of the U.S. Treasury’s monetary gold stock valuation, including the preceding revaluation increments, has been monetized by the U.S. Treasury by the issuance to the Federal Reserve banks of $11,160,104,000 for their gold certificate account (total as of close of 1980). In addition, the U.S. Treasury monetized $2,518 million (as of close of 1980) of the U.S. special drawing rights by issuance to the Federal Reserve banks for their special drawing rights certificate account.

    On the books of the Federal Reserve banks, neither the gold certificate account nor the special drawing rights certificate account plays any restrictive role in Federal Reserve banks’ operations. With the U.S. losing monetary gold in recent years of balance-of-payments deficits, causing decline in gold certificates (credits), two restraints were eliminated: P.L. 89-3, March 3, 1965, eliminated the requirement contained in Section 16 of the Federal Reserve Act for the maintenance of reserves in gold certificates by Federal Reserve banks of not less than 25% against Federal Reserve bank deposit liabilities; and P.L. 90-269, March 18, 1968, eliminated the remaining provision in Section 16 of the Federal Reserve Act under which the Federal Reserve banks were required to maintain reserves in gold certificates of not less than 25% against Federal Reserve notes.

    Gold certificates (credits) held by the individual 12 Federal Reserve banks, therefore, merely reflect the total of monetary gold held by the U.S. and also the individual Federal Reserve bank holdings of gold certificates (credits) to their credit on the books of the INTER-DISTRICT SETTLEMENT ACCOUNT. Nevertheless, both the gold certificate account and special drawing rights account at Federal Reserve banks were utilized as eligible assets to serve as part of the 100% collateral pledged with the Federal Reserve agent at each Federal Reserve bank for issues of Federal Reserve notes. (The Depository Institutions Deregulation And Monetary Control Act Of 1980 removed the collateral requirements for Federal Reserve notes held in the vaults of Federal Reserve banks.)

    Encyclopedia of Banking & Finance (9th Edition) by Charles J Woelfel “

  5. Monsieur chevallier,

    Je viens de comprendre: le compte de réévalutation, ne correspond pas à des bénéfices mis en réserve mais à la réévaluation du stock d’or de la BCE.
    Ce qui signifie que plus l’€ baisse plus les capitaux propres de la BCE semblent augmenter.
    Tout ceci n’est pas très cohérent.
    Qu’en pensez vous ?

  6. @”Enguerrand”
    “he who owns the gold makes the rules”

    Oui, mais encore faut-il disposer de l’appareil de l’Etat pour imposer l’or en tant que monnaie dans les termes de l’échange ce qui est aussi bien valable pour le papier.

    Un commerce peut refuser d’être réglé par chèque, par carte bleue mais ne peut pas refuser le paiement en espèces car la loi l’y contraint (sauf dispositions spécifiques, tel l’achat de métaux précieux).

    Donc être assis sur un tas de lingots n’est à priori d’aucune utilité, sauf à disposer du privilège de battre monnaie comme autrefois.

    Parfois, quand je sort un billet de banque ou bien un chèque, je me demande ce qui incite à l’accepter en tant que moyen de paiement, peut-être est-ce la croyance et l’assurance que la banque à son tour l’acceptera car après tout il y a bien longtemps que l’on ne bat plus monnaie.

    So, cash is king ! (c’est surtout valable pour les banques)

  7. Le gros problème, c’est la situation de l’Italie.

    Jeudi 5 janvier 2012 :

    Italie : la Bourse de Milan lâche 3,65 %, la banque UniCredit dévisse encore de 17 %.

    La Bourse de Milan a terminé la séance jeudi sur une chute de 3,65 % à 14.767 points, plombée par les craintes des investisseurs au sujet des banques, et en particulier d’UniCredit qui a dévissé de 17,27 % à 4,48 euros, après s’être effondrée de plus de 14 % mercredi.

    UniCredit a entraîné dans sa chute les autres valeurs bancaires. Banca Popolare di Milano a ainsi abandonné 10,74 % à 0,2735 euro, UBI Banca a chuté de 8,90 % à 2,928 euros, et Intesa Sanpaolo 7,33 % à 1,189 euro.

    Vendredi 6 janvier 2012 :

    Italie : la Bourse de Milan chute de 0,82 %.

    A Milan, le FTSE Mib a perdu 0,82 %, le marché craignant que Rome ne doive faire appel aux fonds de l’Union Européenne et du FMI comme la Grèce, l’Irlande et le Portugal.

    Le secteur bancaire a particulièrement souffert, avec UniCredit en tête des baisses pour le troisième jour consécutif (- 11,12 %). Banco Popolare Milano a perdu 4,39 %, et Intesa Sanpaolo a baissé de 4,37 %.

    (Dépêche AFP)

    Le problème, c’est cette phrase : “le marché craignant que Rome ne doive faire appel aux fonds de l’Union Européenne et du FMI comme la Grèce, l’Irlande et le Portugal.”

    Quand il ne s’agissait que du défaut de paiement de la Grèce, l’Union Européenne et le FMI étaient suffisamment puissants pour placer la Grèce sous perfusion.

    Mais ensuite, d’autres dominos sont tombés, les uns après les autres.

    Mais ensuite, il y a eu l’Irlande : aujourd’hui, l’Irlande est incapable d’aller emprunter sur les marchés internationaux pour des emprunts à 1 an, à 2 ans, à 3 ans, etc. L’Irlande a été placée sous perfusion.

    Mais ensuite, il y a eu le Portugal : aujourd’hui, le Portugal est incapable d’aller emprunter sur les marchés internationaux pour des emprunts à 1 an, à 2 ans, à 3 ans, etc. Le Portugal a été placé sous perfusion.

    L’Italie, c’est autre chose.

    Demain, si le domino italien tombe, l’Union Européenne et le FMI ne seront pas assez puissants pour placer l’Italie sous perfusion.

  8. Daniel, je n’infuse pas dans la science monétaire. Je découvre et m’accroche, car je veux apprendre ! et comprendre ! tant c’est important pour l’économie ( l’économie des Peuples de cette petite planète bleue où nous vivons Tous !… ).
    Pardonnez-moi mais où voyez-vous que l’€ baisse ?.
    L’étalon Or n’a plus court en référence de garantie de solvabilité depuis les années 1970 !.
    Mr Chevallier a raison !, on ne va pas faire notre marcher en Louis ou en Napoléon, encore moins en lingot !! ; à moins que ce ne soit la Berezina absolue ! ( on n’en est pas encore tout à fait là !!! ).
    C’est cependant ce que certains veulent nous faire croire pour sauver la face au regard de la banqueroute largement entamée !, et d’autres pour spéculer plus hard !.

    Merci Mr Chevallier ne nous mettre en garde face à tant “d’incohérences”.
    Quand des banques ne publient plus leurs chiffres, au mieux les maquillent !, que les organismes officiels prennent du retard sur le calendrier de publication, et que certains en viennent aux menaces juridiques à propos 2 petits mots qui ne fouettent pas un chat sur un site privé ?…. oui !, il y a de quoi se faire de la bille quant à l’avenir au regard de La Liberté !.

    Bonne santé, fraternité sincère, lucidité et courage, à Tous.

  9. Il n’y a plus d’or à Fort Knox ! Pas d’audit autorisé, demandez-vous pourquoi… Donc tout ça ce sont des calculs/spéculations comptables complètement déconnectés de la réalité.

  10. Bilan BCE suite.

    Si la BCE comptabilise l’or au prix de marché, elle devrait aussi le faire pous ses rachats de dettes souveraines douteuses.
    J’en conclus que son bilan est faux!

  11. …et vous ne vous etes jamais demande si au contraire les USA n’ont pas des quantites d’Or bien plus elevees qu’officiellement ?
    Ne vous etes vous jamais demande si notre systeme monetaire actuel n’est pas un implication directe de la Seconde Guerre Mondiale ?
    Ne vous etes vous jamais demande pourquoi les gouvernements des pays developpes baissent tous leurs culottes devant les americains depuis tant d’annee ?
    Et si les americains, apres avoir conquis le Monde, avaient decide en 1945 de “transferer” une enorme partie (si ce n’est pas la quasi totalite) des stocks d’or de l’allemagne, de l’Italie, de la Grece, de la France, de la Belgique, de la Hollande, etc… pour les “proteger(?” de la menace communiste entre autre ou tout simplement pour beneficier d’une opportunite historique unique dans l’hsitorie de monde: pouvoir dominer l’Ancien Monde a jamais.
    Il y aurait bp a redire, mais avant d’Auditer Fort Knox, demandez un audit des coffres la banque de France et demandez vous si deGaulle avaut bel et bien recuperer l’Or de la France ou si nos navires etaient rentres bredouilles (officieusement bien sur)….
    meditez la dessus

    Lisez par exemple cet article:

    Hi guys,
    yesterday the Dutch public television aired an item about the whereabouts of the Dutch gold, as a follow up of the questions asked by the Dutch socialist party, you reported about earlier.
    The central bank’s president Klaas Knot is being interviewed and he finally admits that 90% of the gold is overseas (why doesn’t he just report about that in his annual report). Jim Rickards is also being interviewed.
    At the end Knot, who’s acting very nervous throughout the interview, says the gold doesn’t need to be shipped back because he trusts the Americans, while earlier he says he doesn’t like much of the new legislation coming out of the US. And he says it’s useful to have the gold in trading places, should they want to sell some, although they haven’t sold in years.
    Irrgang, the socialist, and Willem Middelkoop, a famous Dutch gold analyst, urge the central bank to reconsider their storage policy.
    Perhaps you can report about it.
    http://nieuwsuur.nl/onderwerp/328458-nederlands-goud-vooral-in-buitenland.html

    best,
    – anonymous

    http://maxkeiser.com/2012/01/07/from-anonymous/

  12. a l’attention de Daniel Rond (et Jean-Pierre Chevallier s’il ne le connaissait pas)
    Je vous conseille vivement de lire le blog de FOFOA
    Voici une explication de la balance sheet de l’ECB:
    http://fofoa.blogspot.com/2012/01/party-like-its-mtm-time.html
    et bien sur, pour ceux qui ne comprenne tjs pas que “Gold is Money and Nothing Else” (JP Morgan), il vous faut lire ABSOLUMENT (au risque de vous griller des neuronnes et de ne jamais vous ne remetttre(mentalement surtout car cela rsique de boulverser toutes vos “croyances dogmatiques” sur la finance “moderne”):
    http://fofoa.blogspot.com/2010/07/gold-ultimate-wealth-consolidator.html

  13. Mr Chevalier,

    il y a une raison bien précise pour laquelle la FED ne peut pas réévaluer “son stock d’or” au cours du marché : surprise, la FED ne possède absolument aucun or! C’est Scott Alvarez, le secrétaire général de la FED (general counsel), son juriste en chef, qui l’a déclaré récemment devant le congrès des Etats Unis (voir video sur le lien en bas de page).

    En effet, en accordance avec le “Gold Reserve Act” et la proclamation présidentielle du 31 Janvier 1934, TOUT L’OR en possession de la FED (et de ces branches régionales) fût transféré… au bilan du trésor américain (où il est toujours resté depuis cette date). La FED a reçu en échange des “Gold certificates” (vous remarquerez qu’au bilan de la FED on trouve des Gold certificates et non de l’or physique).

    Ces “Gold certificates” sont des bons à valoir, un montant EN DOLLAR (pas en OR) d’un peu plus de 11 milliards, que la FED peut demander à tout moment de recevoir du trésor, et garantis par le stock d’or au bilan du trésor US. De même ces $11 milliards sont comptabilisés au passif du trésor comme dette envers la FED.

    Pour de plus amples détails sur cette histoire rocambolesque, ceux que cela intéresse peuvent consulter :

    FED LAWYER ALVAREZ: “THE FEDERAL RESERVE DOES NOT OWN ANY GOLD AT ALL”

    1. ça ne change rien au problème : la Fed, comme toute bk centrale, gère un certain nombre d’actifs pour le compte de la nation, ici l’Etat étant légalement le légitime proprétaire de cet or, qui reste en compte qq part, à savoir à la bk centrale.

      1. sauf qu’a la différence des autres banques centrales, la FED (en l’occurence la branche de New York) ne gère pas le stock d’or de la nation qui n’y est comptabilisé sur aucun compte.

        Son bilan tel qu’il est présenté est donc bien une image fidèle de la réalité mais, vous avez raison, toute comparaison des bilans du Federal Reserve System et de l’Eurosystème ne signifie pas grand chose.

          1. Mes excuses, j’ai donc mal saisi le sens de :

            “Certaines rubriques des bilans de la Fed et de la BCE présentent des similitudes mais en fait, les différences sont considérables.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *