Marioles de la BCE : 2012-2013

Les Marioles de la BCE se sont distingués au 4° trimestre 2012 : ils ont fait perdre 48,5 milliards d’euros aux heureux euro-zonards qui ne se sont aperçus de rien (rubriques 1 et 2 de l’actif),

Document 1 :

Il s’agit de pertes sur les cours de l’or et de change qui sont compensés par une diminution de 45 milliards des capitaux propres (comptes de réévaluation, rubrique 11 du passif),

Document 2 :

Pour aggraver la situation, les dépôts des banques à la BCE ont baissé à 945 milliards d’euros au 18 janvier pour 1 163 milliards de prêts généreusement accordés aux banques…

Document 3 :

l’écart entre les prêts et les dépôts a augmenté à 218 milliards d’euros au 4 janvier,

Document 4 :

Par ailleurs, la fameuse planche à billets de la BCE a fonctionné à plein régime du début 2002 à la fin 2011 en augmentant de 9,3 % par an en moyenne,

Document 5 :

Heureusement personne ne parle des frasques des Marioles de la BCE !
Tout va bien.

10 réflexions sur “Marioles de la BCE : 2012-2013”

  1. Héfaillitos, dieu de l'or au cours du jour

    Merci pour ces chiffres ainsi que pour l’article.

    Une question me vient…

    en 2002, l’euro était à 0.86 $, plus bas historique.
    et selon les données présentées, la planche à billets tourne à plein régime depuis 2002

    et pourtant sur cette même période, la devise s’est sans cesse appréciée par rapport au dollar, puisque le cours a atteint un record à 1.605 $
    et est d’ailleurs surévaluée et totalement déconnectée des forces exportatrices des économies comme celle des pays piigs, dont la France.

    Comment est-ce possible que la devise s’apprécie autant malgré la création monétaire ?
    Est-ce uniquement le résultat de la puissance exportatrice allemande ?
    Ou des effets de réserve sont apparus et auraient tiré le cours à la hausse, vu que cette monnaie était nouvelle, et qu’elle jouissait de la confiance inspirée par une bce calquée sur la Buba ?
    ou encore de la politique de diversification des investisseurs qui voulaient ne pas avoir tous leurs oeufs dans le même panier ?
    Ou est-ce une augmentation de masse monétaire normale suite à l’entrée pays vertueux comme la Grèce en zone euro ?

    j’ai décidément grand besoin d’une formation monétariste… Vous donnez encore des cours ou la retraite c’est maintenant ?

    Mais enfin, le plus important est quid de ces 45 milliards.
    C’est un simple réajustement mathématique suite à une baisse du cours de l’or ?
    Car vous aviez souligné que contrairement à la fed où on compte l’once d’or à 35 dollars, la bce compte l’or à son cours du jour.

    1. Si j’ai bien compris, l’émission de billets, c’est seulement la rubrqiue 1 du passif de la BCE.
      La création monétaire, ce serait plutôt des déséquilibre entre actif et passif de la BCE.

      Faussement évaluer des actifs à la hausse ou des passifs à la baisse peut donc être une forme de création monétaire.

      En tout cas, si je ne m’abuse cette masse de billets devrait logiquement suivre la croissance et l’inflation de la zone euro pour suivre vaguement les besoins d’échange en liquide. Donc de 2002 à 2007 cela devrait faire à la grosse louche 2% plus 2% soit 4% au lieu de 9 % !!! Une diminution devrait être constaté après 2008 car il n’y a plus de croissance et presque pas d’inflation. Où vont donc tous ces billets ? les matelas européens sont-ils pleins de billets ? Cela est-il lié à la croissance démesurée de M1 en Europe ?

      1. Actif = passif !!! c’est incontournable ! la création monétaire n’est pas là
        La planche à billets a tourné, pas à fond, mais beaucoup ! C’est une partie de la création monétaire visible en M1

  2. C’est exactement ce que j’avais écrit il y a plus d’un an.
    Il me semble que d’autres banques centrales, à juste titre, ne réévaluent pas leur bilan en fonction des variations du cours de l’or.

  3. Encore heureux que l’encours des billets augmente, vu qu’il y a eu de plus en plus de pays dans la zone entre 2002 et 2012…

    Sinon quelle est la responsabilité de la BCE dans les réévaluations des réserves ?

    1. La régularité mathématique de cette création monétaire semble montrer qu’elle n’a rien à voir avec l’entrée de nouveaux pays dans la zone. Elle doit donc être le résultat d’une politique volontaire maintenue dans le temps. On voit aussi clairement une régularisation en fin d’année systématique. Il y a bien un saut en octobre 2008 mais qui correspond à un des sommet européens où un changement de politique avait été décidé. de toute évidence, ils avait aussi décidé que la BCE devait émettre 50 Md€ de billets …

      Par contre, il semble que la politique d’émission a un peu diminué en 2012, tendance à confirmer …

    2. C’est une remarque typique des idiots inutiles qui ne comprennent rien à rien !
      1 / il n’y a pas eu d’augmentation linéaire des pays de la zone € depuis 2002
      2 / évidemment, les stats de la BCE sont rétropédalées !

  4. Oui réponse logique que l’encours de billets augmente. Tout à fait juste. La création d’euros doit correspondre avec l’inclusion de nouveaux pays et leur passage à l’euro. Une analyse de Mr Chevalier serait intéressante à ce sujet.
    Dans le cas ou l’on ne créerait pas de monnaie euro lors de l’arrivée d’un nouveau pays je vous laisse imaginer la contraction des masses monétaires. Les billets euros deviendraient des pièces de collection avec des primes mdr.

Répondre à magaja Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *