UBS 4° trimestre 2011

Pas de progrès chez UBS ! Le multiple d’endettement (mon µ ou leverage) reste bloqué à 25,5 fin décembre (en excluant les minoritaires comme l’exigent les règles de Bâle III).

Il est loin des normes : il ne devrait pas dépasser 10, ce qui correspond à un ratio Tier 1 réel de 3,9 % contre un minimum exigé de 10 % pour Bâle III,

Document 1 :

UBS2010 Q42011 Q12011 Q22011 Q32011 Q4
Liabilities1 270,431 244,591 189,511 395,031 365,76
Equity46,8246,69547,26351,81753,551
Leverage (µ)27,126,725,226,925,5
Tier 1 (%)3,73,843,73,9

Chiffres en milliards de francs suisses.

Il faudrait augmenter les capitaux propres de 75 milliards de francs pour respecter les normes d’endettement de Bâle III, cet objectif ne pouvant pas être réalisé à terme normalement.

Document 2 :

Un petit rappel de ce que j’ai écrit précédemment :
Une remise en ordre radicale s’impose dans cette big bank too big to bail ! … mais ses dirigeants, comme ceux de nos Gos banques, osent prétendre qu’UBS est l’une des banques du monde les mieux capitalisées !
Le total des dettes d’UBS représente 2,5 fois le PIB annuel de l’Helvétie.
Le tigre celtique a été abattu par les erreurs de quelques dizaines de banquiers qui n’ont pas respecté les règles prudentielles d’endettement.
UBS présente un risque systémique encore plus important que les banques irlandaises.
Comment se fait-il que les petits Suisses qui sont les meilleurs banquiers du monde puissent le tolérer ?
Les autorités helvètes ont conscience de l’importance de ce problème mais elles ne veulent pas le résoudre correctement alors que celles des Etats-Unis ont donné une solution radicale avec la faillite de Lehman qui a eu des conséquences importantes, mais réduites par rapport à ce qui aurait pu se produire si elles n’avaient pas réagi positivement pendant qu’il était encore temps pour éviter un tsunami bancaire
.

Cliquer ici pour lire les résultats d’UBS du 4° trimestre 2011 (page 63 pour le bilan).

8 réflexions sur “UBS 4° trimestre 2011”

  1. Question :

    Le risque systémique d’UBS se limiterait aux banques Suisses ou à toutes les banques de la planète ??

    Moralité : l’argent est bien nul part. Les millionnaires qui vont se planquer en Suisse ont du soucis
    à se faire.

  2. Bien sûr que c’est les suisses les meilleurs. ceux qui ont un levier décent.

    Et même en France y’en a des bons et sérieux : Pouyanne, Michel Inchauspé, Martin Maurel.
    En allant chez eux, vous être protégés d’une faillite.

    Mais cela ne vous protège pas du risque d’érosion de votre pouvoir d’achat si vous laissez votre capital à 2 % d’intéret sur des livret A(brutis) quand les prix montent vertigineusement en raison de la dépréciation de l’euro.

    petit test :
    imaginez ce que vous achetiez il y a un an avec 100 euros…
    mais si vous laissez 100 euros à 2.25% pendant an, vous avez 102.25 euros.
    Avec vos 102.25 aujourd’hui, vous pouvez acheter plus ou moins de choses qu’avec vos 100 euros il y a 1 an.

    Ce qui nous ramène à Friedman :
    vous pouvez dépenser votre argent pour vous-même…
    vous pouvez dépenser votre argent pour quelqu’un d’autre….

    mais surtout retenez bien une chose : dépensez !!!
    le système économique est conçu pour être en “érosion structurelle” du capital
    Cela mérite en effet un prix nobel. quoi qu’en disent les autres.

Répondre à bertrand Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *