Déficits dans la balance des paiements : mai 2011

La Banque de France vient de publier les chiffres de la balance des paiements du mois de mai 2011…

Comme le laissaient anticiper les chiffres publiés par la Douane, le déficit du mois de mai a battu son record historique : 7,654 milliards d’euros contre un excédent de 12,8 milliards pour l’Allemagne,
Graphique 1 :

La reprise de la croissance du PIB se fait beaucoup par endettement financé par des transferts provenant des excédents de l’Allemagne.

La dégradation du solde des échanges vis-à-vis de l’étranger est continue depuis l’adoption de l’euro : le taux de couverture est tombé à 81,8 %,
Graphique 2 :

Comme la France n’est plus compétitive vis-à-vis de l’étranger, surtout avec un euro fort, les entreprises étrangères désinvestissent de France et les entreprises françaises investissent de préférence à l’étranger : la tendance est très claire sur la longue période et ce problème s’aggrave,
Graphique 3 :

Depuis mi 2004, le cumul des déficits des IDE (Investissements directs étrangers) atteint presque 280 milliards d’euros, comme le déficit sur les biens seuls,
Graphique 4 :

Depuis l’adoption de l’euro, le cumul des déficits des IDE est de 600 milliards d’euros !
Graphique 5 :

Les déficits des différentes rubriques de la balance des paiements sont obligatoirement compensés par des transferts, provenant des excédents allemands, comptabilisés dans cette rubrique absconse Autres investissements, dont le solde correspondant à la dette nette de la France vis-à-vis de l’étranger qui est de 195,4 milliards d’euros,
Graphique 6 :

La véritable dette de la France vis-à-vis de l’étranger doit être majorée des capitaux étrangers finançant la dette publique : 67,7 % de 1 270 milliards d’euros d’après l’Agence France Trésor, soit une position nette négative de plus de 1 000 milliards d’euros.

Pour les autres de ces cochons de pays du Club Med, c’est pire…
Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner que les marchés plongent enfin ! J’vous l’avais bien dit !

5 réflexions sur “Déficits dans la balance des paiements : mai 2011”

  1. Article du WSJ ce matin qui indique un plan nommé “Six pack” qui résoudrait la crise européenne. En gros l’idée est de transformer l’EFSF en émetteur d’eurobonds permettant aux PIIGS d’emprunter à tour de bras et à taux bas… Youpi il fallait y penser !
    Bon le Six pack propose aussi une mise sous surveillance (et éventuellement tutelle) de la politique fiscale des états membres sans exception. On voit ça arriver de suite 😉

    Bon, vu la fuite en avant des politiques européens, mon avis est que ce plan peut en partie être adopté (pour la partie Eurobond) de façon à gagner encore un peu de temps, 2 ou 3 ans maxi, avant que les PIIGS ne soient même plus en mesure de rembourser le nominal des eurobonds. L’allègement du fardeau des intérêts peut faire illusion pendant un moment, mais le fardeau du nominal est un autre pb qu’il ne sera pas possible de régler.

    Mais surtout ça suppose que les allemands doivent accepter de payer plus cher leurs obligations et se porter caution de l’ensemble… hmmmm

    http://on.wsj.com/plcphZ

    1. Angela devrait être contre, mais elle a toujours capitulé… La Dame des 35 heures et le père François sont archi pour ce type de solution !!! De toute façon, l’€ collapsus se produira à + ou – court terme

  2. Jefferies estime le rendement de l’eurobond à 4,8%.

    Soit une hausse substantielle du coût de la dette pour la France et l’allemagne si le projet est adopté… et on peut craindre qu’il le sera. En plus, de façon cynique, ce serait un excellent moyen politique de noyer le coût du “transfert” vers les pays du sud à l’intérieur d’un taux d’intérêt. Plus personne ne pourra évaluer le coût de ce transfert de l’allemagne aux piigs. On saura jsute que le taux du bund aurait été inférieur, mais de combien, personne ne saura plus le dire au bout d’un temps…

    A moins que Merkel ne prenne la décision de sortir de l’Euro ? Improbable à mon goût et trop risqué politiquement.

Répondre à Yann G Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *