Déficits dans la balance des paiements : septembre 2011

La Banque de France vient de publier les chiffres de la balance des paiements du mois de septembre 2011…

Le déficit de la balance commerciale de ce mois de septembre a été de 6,4 milliards d’euros contre 5,2 en juillet et un excédent de 17,4 milliards pour l’Allemagne !

Graphique 1 :

Sur les 12 derniers mois, ce déficit est de 71,6 milliards d’euros, record historique,

Graphique 2 :

Exceptionnellement, les entreprises étrangères ont plus investi en France que les entreprises françaises à l’étranger en septembre,

Graphique 3 :

Depuis juin 2004, le cumul des déficits des biens seuls atteint un record de 311 milliards d’euros,

Graphique 4 :

Depuis l’adoption de l’euro, le cumul des déficits des IDE (Investissements Directs Etrangers) atteint 608 milliards d’euros,

Graphique 5 :

Comme je l’ai écrit à maintes reprises, les déficits des différentes rubriques de la balance des paiements sont obligatoirement compensés par des transferts, provenant essentiellement des excédents allemands, comptabilisés dans cette rubrique absconse N.4.700. Compte financier, Autres Investissements, Transactions nettes, France vis-à-vis du reste du monde, Solde, Non CVS-CJO, Mensuel, correspondant à la dette nette de la France vis-à-vis de l’étranger.

Ces transferts se sont montés à 45 milliards d’euros au cours du seul mois de septembre, ce qui est tout à fait inhabituel ! Le montant de la dette nette apparente de la France est ainsi tombé à 78 milliards d’euros fin septembre,

Graphique 6 :

Cette amélioration apparente provient aussi des investissements en portefeuille en France d’opérateurs étrangers encore faussement attirés en septembre par le AAA de la dette publique française, ce qui cache l’ampleur des déficits réels.

La véritable dette nette de la France vis-à-vis de l’étranger doit être majorée des capitaux finançant la dette publique : 66,2 % des 1 307,505 milliards d’euros de la dette de l’Etat soit 865,6 milliards d’euros fin septembre d’après l’Agence France Trésor, soit une position nette négative proche de 1 000 milliards d’euros (la moitié du PIB annuel !).

Dans ces conditions, le AAA de la France n’est pas justifié et il est compréhensible que les investisseurs qui avaient acheté imprudemment des bons du Trésor français les aient cédés en octobre.

Comme je l’ai déjà écrit, ce sont ces déficits qui sont importants, et non pas le seul déficit de l’Etat. Les investisseurs avisés, c’est-à-dire les bons spéculateurs, effrayés par la mauvaise situation de la France, vendent les titres français, dont les bons du Trésor (ce qui fait monter leurs rendements) pour se réfugier sur le Bund et sur des titres helvètes, ce qui fait baisser leurs rendements.

Ce mouvement s’est accentué depuis fin septembre car l’écart entre les rendements des OAT et ceux du Bund était de l’ordre de 40 % contre 90 % actuellement.

Il est inutile de diminuer les dettes de l’Etat pour faire baisser l’écart des rendements des bons à 10 ans du Trésor français par rapport à ceux du Bund.
Il faut sortir de l’euro-système pour faire fluctuer le franc français dans le système de changes libres, ce qui obligera tout le monde à s’adapter de façon à rétablir les équilibres fondamentaux.
Pour les autres de ces cochons de pays du Club Med, c’est pire…
Bien entendu, ce bon vieux Greenspan connait ces chiffres et il s’étonnait comme moi que la France soit considérée par certains bonimenteurs comme un des pays vertueux du… Nord de l’Europe !

Cliquer ici pour lire mon article sur la balance des paiements d’août.

5 réflexions sur “Déficits dans la balance des paiements : septembre 2011”

  1. Emprunt à 5 ans :

    Jeudi 1er septembre 2011, la France a lancé un emprunt à 5 ans. La France a dû payer un taux d’intérêt de 1,93 %.

    Quand l’Allemagne lance un emprunt à 5 ans, elle doit payer un taux d’intérêt de 0,9 %.

    Et l’Italie ?

    Lundi 14 novembre 2011, l’Italie a lancé un emprunt à 5 ans. L’Italie a dû payer un taux d’intérêt de … 6,29 % !

    Conclusion :

    Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité de l’Italie à rembourser ses dettes.

    L’Italie emprunte à des taux d’intérêt de plus en plus exorbitants.

    L’Italie va bientôt demander l’aide du FMI et de l’Union Européenne.

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20111114trib000663882/le-cout-de-financement-de-l-italie-s-envole.html

  2. Bonjour,
    Je comprend d’après votre article que si la france sortait de l’euro sa nouvelle monnaie ajusterait de manière à réduire le déficit de la balance commerciale.
    Mais dans ce cas comment expliquez vous que la balance des paiements du royaume uni se dégrade de façon continue (-9,8Md de livres ce mois ci -8,6Mds le mois précédent) et encore plus vite que la france depuis 2001 alors que ce pays à une monnaie indépendante ?

  3. Bonsoir,
    D’abord bravo et merci pour vos articles que j’attends chaque fois avec impatience.
    Une chose m’échappe dans votre raisonnement à propos de la dette de la France.
    Que nous dites vous à propos des 5.000 milliards d’épargne des français ?

Répondre à BA Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *